Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2019 1 06 /05 /mai /2019 04:00

Texte d’octobre 2014, il faisait partie des « non terminés ». Je le publie en l'état. Je le trouve suffisamment abouti pour. Juste, je note le « mes conjoints », un peu comme si j’etais consciente qu’il n’y a pas un « celui », mais plus des « quelqu’un d’autre » qui comptent?

 

Erin pour mezetadam  

 

 

 

 

Je pense que personne ne sait mieux qu'une maman ce qui est bon pour son enfant. Un enfant a la meilleure maman du monde, il a celle qui lui convient et l'enfant est l'enfant qui lui convient. Tout le monde fait des erreurs, mais chaque maman fait de son mieux, avec son coeur. Chaque maman fait ce qu'elle peut avec l'amour. Elle donne de l'amour comme elle sait faire, comme elle peut, elle montre ou ne montre pas. Mais une maman reste une maman.

Une femme que j'estime tellement me dit aujourd'hui, au crépuscule de sa vie: j'ai fait ce que je devais faire, j'ai fait des erreurs, je demande pardon à Dieu pour mes erreurs, mais j'ai fait ce que j'ai pu, je ne sais pas ce qu'il aurait fallu faire d'autre.

Je lui réponds oui, tu as fait ce que tu pensais devoir faire. Et tu as eu raison, personne n'aurait mieux fait que toi dans les conditions qui étaient les tiennes.

J'aimerais lorsque je serai à ce stade de mon chemin de vie, pouvoir me dire: ce que j'ai fait, je l'ai toujours fait par amour, avec amour et dans l'amour. Même mes pires erreurs.

Avec mes proches, mes conjoints, mes enfants. J'y travaille de plus en plus. Et cela fait du bien. Oublier les ressentiments. Oublier les rengaines, ne pas surrenchérir, savoir tenir sa langue, pour ne pas blesser involontairement. Et rester sereine et souriante quoi qu'il arrive. Oui, c'est comme ça que je veux continuer mon chemin. Pour pouvoir me dire à la fin, oui, j'ai eu une vie remplie d'amour.

 

Erin 

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2019 7 05 /05 /mai /2019 05:02

En ce moment je me sens Moche et Remoche

Ça signifie:

Que j’ai été blessée dans quelque chose mon ego mon moi profond ou mon moi chez lui

Que mon moi chez lui ne valait rien

Que jamais ça ne passera

Que je n'étais rien pour lui qu’une passade comme les autres, un numéro dans son tableau de chasse bien fourni youpi

Qu'après tout il n’y a rien d'étonnant à cela 

Que je vois tous mes défauts, ceux qu’il ne m’a jamais dits et qui ont fait qu’il m’a désaimée sans que je puisse m'améliorer

Que j’ai été la dernière des imbéciles, à y croire alors que vraiment il se moquait de moi

Que je crois que personne ne peut m’aimer. Que les trucs de psychologie de comptoir n’y feront rien. C est un fait: je le crois vraiment. 

Que je crois que les autres me trouvent aussi Moche et Remoche

Que je pense que je ne vaux pas grand chose

Que je maquille et me maquille en espérant moins mocher-remocher

Que personne ne m’aime de toute façon non plus

Que tout le monde s’en fiche

Que je mérite ce que je vis 

Que je veux me terrer et m’enterrer

 

...

 

...

 

 

Mais à part ça, ça va

 

Erin pour mezetadam 

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2019 7 05 /05 /mai /2019 04:13

Parce que la réponse est non et que ça remue.

Évidemment que non. Je ne comprends pas pourquoi une telle question. 

C’est bel et bien terminé. Il faut juste faire avec maintenant. C’est tout.

Je ne sais pas ce qu’il fait, où il est, s’il est bien, s’il a rencontré quelqu’un. Et il vaut mieux que je ne sache rien cette fois. 

Nous n avons plus de contacts, j’ai supprimé son numéro de téléphone et je l’ai aussi supprimé de mes contacts FB. Nous ne nous recontacterons pas. 

Avez vous eu une discussion? La réponse est oui. Et il y a longtemps. Et tout est on ne peut plus clair. 

Si on pouvait parler d’autre chose, ça m’arrangerait. Soyez juste là pour moi au cas où. Ne m’oubliez pas au motif que je ne vous parle pas de lui. Ça fait mal de savoir que des choses se prévoient et qu’on a pas pensé à moi, parce que d habitude je ne suis pas disponible ( ben oui, d’habitude, il était ma priorité. Et je faisais du  rien mais avec lui). Et que comme je n en parle pas, j’ai l’air d’aller bien. Je suis une championne du comme si alors et je me félicite. 

Mais c’est normal. Il faut que je prenne le temps de me recentrer, c’est utile.

Comme c’est génial de se recentrer: tu es seule. Et c’est le rêve de tout le monde n est ce pas?

En tout cas, c'était ce qu’il voulait lui, quand on était ensemble: pouvoir souffler et réussir à se recentrer. Ben voilà, c’est chose faite. Il est sans moi, le rêve complet, comme il doit être heureux, il a exactement ce qu'il veut: il sort certainement il s’occupe de son jardin, il fait rien tout seul, son rêve. Super et grand bien lui fasse, je lui souhaite d être heureux dans son recentrage. Et je ne veux pas savoir s’il sort.

(Ben oui il sort il prend des apéros et tout et tout. Presque ça serait drôle de pousser le paradoxe jusqu’à aller prendre des cours de danse et randonner le dimanche pendant qu’on y est... Ben oui, comment rencontrer quelqu’un? Il faut sortir sinon elle ne frappera pas à sa porte... et il n’a pas de temps à perdre, il a de quoi s occuper désormais. Fermons la parenthèse, ce n’est pas très tolteque cette parenthèse. Et alors, je fais ce que je peux, parfois ça sort tout seul)

Mais ce n’est pas la question. Il a ce qu’il souhaitait: du temps pour lui. Il est maître de son temps et je n’ai pas à savoir. Alors ne me demandez pas ce qu’il devient. Parce que je n’en sais rien.

 

 

 

En tout cas, à moi, le recentrage ça me convient moyen quand même. 

C’est dit

 

Erin pour mezetadam et pour le monde entier et les extra terrestres aussi

Partager cet article
Repost0
3 mai 2019 5 03 /05 /mai /2019 20:38

Non, ce soir je reste tranquille merci je ne sors pas.

Non on déjeunera ensemble un autre jour, j’ai une réunion avant et après.

Non mardi prochain non plus j’ai quelque chose de prévu.

Non demain je ne peux pas; une prochaine fois?

 

...

 

Ces phrases sont mes remparts. Elle me protègent certainement des risques d’épanchements. Ceux qui dérangent. Ceux qui laissent impuissants les autres. Ceux qu’il vaut mieux cacher. Ceux qui cachent mes yeux, ceux qui cachent ma plaie honteuse. Et du reste, ceux qu’on ne veut pas voir non plus. Quand les autres font comme si.

Tout le monde fait comme si. Tout le temps. Parce que.

La misère affective fait davantage honte que la misère financière. Parce que financièrement de l’aide c’est plus facile à donner. Et à demander. Affectivement de l’aide, ça démunit. Et ça ne se demande pas.

Quand on est soi-même démuni, comment peut-on apporter une aide affective? Et oui, c’est vrai, chacun sa misère affective.

Quant à se regrouper les miséreux affectifs, je refuse le principe des réunions façon alcooliques  anonymes.

Quant aux chanceux, ceux du loto de l’amour, ils ne voient pas. Et ne veulent pas envoyer en pleine face leur chance. Chacun sa pudeur.

C’est dit.

Erin pour mezetadam 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 mai 2019 5 03 /05 /mai /2019 12:16

Je voulais te chérir 

De toutes mes forces et de toute mon âme 

Je voulais te nourrir

De toute ma magie sans sorcellerie

Je voulais te guérir 

De toutes tes peurs et de tout mon cœur 

Je voulais t appartenir 

De toute ma fougue et de toute ma flamme

Je voulais te sourire

De tout mon cœur et de toute ma vie

Je voulais nous voir fleurir

De toutes les fleurs et de toutes les couleurs

Je voulais les voir grandir

De toutes leurs disputes et de tous leurs rires

 

Je voulais 

 

 

Je voulais te voir 

De tout mon corps de tous mes bras

Je voulais te sentir

De toute ma peau tout contre moi 

Je voulais t’offrir

Du meilleur pas du pire

Je voulais te découvrir 

De tout mon moi de tout ton toi

 

Je voulais partager 

Je voulais t’aimer 

Je voulais que tu m’aimes

Je voulais que tu m’aides

A y croire plus que vouloir

A le vivre plus que croire

A le faire plus que dire

A rester plus que fuir 

A construire plus que détruire 

A  aimer plus qu’haïr

A rire plus que pleurer

A donner plus qu’implorer

A prier plus qu’à trister 

 

Je voulais qu’on oublie

Nos croyances nos déviances 

Je voulais qu’on oublie

Nos ennuis toutes les nuits

 

 

 

Je voulais 

 

 

Je voulais tout en secret 

Rêver

De révéler 

Cette évidence 

Au delà d’être « madame »

Devenir par essence

Ta femme 

 

Je voulais

 

 

Erin pour mezetadam 

Partager cet article
Repost0
2 mai 2019 4 02 /05 /mai /2019 02:16

Je m inscris en complet faux: parfois il faut une vraie béquille pour revivre à peu près normalement et continuer. Parfois la prise de recul est trop difficile, on peut être anéanti au point de pleurer pour rien. C’est qu’on ne pleure pas pour rien. 

Mais les pleurs trop longs recurrents et dont l’intensité va grandissante sont le signe d’un chagrin profond qui ne peut pas guérir tout seul. La dépression n’est pas loin. Et je ne suis pas certaine qu'il faille attendre le dernier moment pour l’éviter... 

Si tu vois qu après quelques mois tu en es toujours exactement au même stade, je me demande si ce n’est pas déjà presque trop tard... je ne dis pas qu’il faut avoir tourné la page, juste qu au bout de quelques mois, il faudrait s'inquiéter. Pleures tu encore régulièrement? Je ne parle pas de pleurer quand tu entends une chanson. Mais pleures tu “pour rien” et n’oses tu plus en parler parce que tu penses que ton émotion est “périmée”? Pire, tu penses à quelque chose de radical? Tu préfères toujours ton lit et la pluie, tu preferes toujours rester tranquille chez toi pour faire des trucs et au final tu ne fais rien? Tu as changé et tu n arrives plus à rire? Ou bien tu fais semblant d’aller bien et tout le monde est content? Tu ris waw qu est ce que tu ris en société, pour pleurer chez toi sous la douche, dans ton lit, en sortant la poubelle, dans la voiture, en sortant le chien, en rentrant à pied pour t’aerer, en nageant parce que dans l’eau ça ne se voit pas une larme... dès que personne ne te voit? 

Le Yoga, la respiration, la sophrologie, la méditation, l’EMDR, la prière, les bols tibétains, le lancer de galets en ricochets, la pétanque, le travail, la construction de murs, la mosaïque, le chocolat, l’ecriture intuitive, la peinture sur soie, le coloriage, le dessin, la boxe, la randonnée, les huiles essentielles, les conférences sur le bonheur d’être tout seul et les ateliers de développement personnel, les lectures, les flirts gentillets, et peut être même les moins gentillets (ce sont les pires devalorisateurs d’estime dans certaines conditions...) les compliments,  les sorties, les amis (qui du coup n’appellent plus parce que tu vas mieux), les chants et les bals des pompiers n’ont pas aidé??? 

 

Alors affolage général:  Ton énergie est en jeu, ta motivation, ton essence même est en jeu, ta joie de vivre et ta capacité au bonheur à long terme sont en jeu, ton ambiance personnelle est en jeu. Et la dépression ne joue pas. Elle tue à petit feu sans que personne ne s en rende compte. Parce que c’est minimisé un chagrin d’amour. Parce que “allez, remets toi”, “c’est bon ça fait 6 mois arrête” 

Plait-il?

Quand quelqu’un se fait une entorse, on lui met une attèle et on ne lui demande pas de marcher dessus; quand quelqu un saigne, on stoppe l'hémorragie et il ne va pas courir de marathon le lendemain...  Oui? 

L’anti-dépresseur ou l’anxiolytique bien cadré, peu importe, c est aux professionnels de le déterminer, stoppera l'hémorragie du cœur blessé chagriné carencé. Puis il s’agira de le faire fonctionner à nouveau. Si la plaie est trop grande, il faut malheureusement des moyens d’urgentiste. Après on entretient. 

 

Le corps qui pleure a aussi besoin de se reposer. Or pleurer et ressasser à outrance l’empechent de se reposer. Le cerveau se met au repos aussi et les larmes sèchent. Elles sèchent .... ne confondons cependant pas l’urgence, la cicatrisation et la guérison. 

Et puis la face est sauvée en société. Et puis tu restes en vie...

Parce que qui est prêt à regarder souffrir quelqu’un à ce point sans rien pouvoir faire? Personne n’aime la tristesse infinie non plus. Et puisqu'il en va de la survie , ne rougis pas de prendre une béquille ou une attèle, n’aies ni honte ni peur des moyens que tu utilises pour cicatriser puis guérir, quels qu’ils soient au delà des médicaments. Tu fais ce que tu peux. Et c’est très bien. 

C’est dit.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2019 3 01 /05 /mai /2019 05:49

Je m aperçois que les jours où je reste chez moi, où je passe ma journée au lit à ne rien faire existent.

Tu veux faire trop de choses tout le temps; que n’ai-je pas entendu cette phrase...

Oui, ça m’arrive et m’est arrivé de rester à ne rien faire. Ces moments là sont interpellants  chez moi. Comme aujourd’hui.

J’ai tellement eu de moments où je ne voulais rien faire par le passé, obligée à rester chez moi déprimer -les termes sont forts mais à dessein: quand je ne connaissais personne dans un pays inconnu, parce que mes ersatz d’amis étaient les siens par procuration, ma famille n’était même pas la sienne par procuration, oui, c’est un fait, j’etais seule et par obligation. Et oui, je déprimais par essence.

Il m’a fallu un temps inqualifiable et des ressources d’un Rocky Balboa pour bâtir quelque chose à partir de là, dans la période précise où je suis devenue mère, période où l’an construction féminine comme celle de l’enfant, doivent être précautionnées...

Je sais que mon cerveau mon corps mon cœur n’aiment pas reproduire cette sensation. Même lorsque l’eau a coulé et les larmes ont séché. Et même si c’est pour être bien. Cela fait partie de mes composantes de personnalité. Je sais que je ne veux plus jamais revivre cette situation de solitude obligée. Pour moi, mon petit cœur et mon petit cerveau ressentent une inquiétude dès lors que je fais trop « rien chez moi ». Quant à faire trop « rien chez lui », c’est m’amener une décomposition digne de l’exode forcé que j’ai connu: être chez lui et préciser à chaque fois à mon petit cœur et mon petit cerveau que non, tu ne seras pas chassée comme une malpropre indésirable. Rester trop « chez lui à ne rien faire » participe de cette crainte où il aurait fallu que je sache me rassurer moi-même, ou qu’il sache me recomposer. 

Alors non, je n aime pas « aimer rester à ne rien faire » pour cette raison profondément ancrée en moi. Alors que j’aime aimer ne rien faire chez moi quand je suis juste bien avec le composant de couple que je forme. Et j’aurais aimé si une recomposition avait pu s’envisager en conscience. 

Aujourd’hui je suis seule chez moi. Et je n’aime pas. Le contexte est effectivement un contexte de rejet et d’abandon, donc j’accepte ce fait de ne pas aimer la situation. Mais à l'avenir, lorsque tout ira à nouveau pour le mieux dans le meilleur des mondes, si vous me demandez de rester seule chez moi trop souvent, non je n’aimerai pas. Et je chercherai de la compagnie. Vous ne me faites pas l’honneur de la votre? D’autres seront certainement honorés de ma présence. 

Note pour le prochain composant d’un hypothétique futur couple avec ma personne: plus jamais je n’attendrai que le composant se décide à passer du temps avec moi. Le composant composera. Et s’il compose comme moi, tant mieux. S’il m’aide à recomposer. Tant mieux aussi. 

Je donnerai de l’importance au composant qui composera et recomposera avec moi. Pas à celui qui me fera me décomposer, même s’il ne le fera pas exprès -tout le monde n’est pas mon ex-mari Dieu merci. Pas à celui qui m’obligera à courir le risque d’affoler mon cerveau pour rien, et qui va dire : attention, décomposition décomposition meydey meydey on se perd on se décompose à nouveau, activation du bouclier - mais Erin, ton bouclier, couillonne tu lui as donné, on n’a plus de bouclier, opération recroqueville vite vite, pour éviter la décomposition. pas à celui qui exigera de moi ce que j’ai peur de faire, me décomposer. 

Cà demande tant d'énergie -et pour avoir peur- et pour se recomposer- qu’il vaut mieux l’accorder à celui qui aura compris ça.

 

 

Ok ce n’etait pas lui. Allez reste chez toi à ne rien faire. Tiens, ça lui aurait plu de rester à ne rien faire. 

 

Erin  pour mezetadam 

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2019 2 30 /04 /avril /2019 04:10

Alors cette phrase je ne peux plus la supporter.

Oui, bien entendu, le meilleur reste à venir, il vaut mieux maintenant que plus tard, et dans quinze ans je ne me souviendrai même plus de son prénom...

C’est certainement vrai.

Et si ça se trouve tu ne l’aimais pas autant que tu crois. D’ailleurs il me l’a dit lui aussi: “peut-être que toi non plus tu ne m’aimais pas assez”

Là, c’est le pffffffff et le re pfffff

Trop facile de dire “Ben toi non plus”. Ajoute un nananère pendant que tu y es!

Je vous dirai dans 15 ans si je l’aimais pas autant que je crois. Personne ne peut savoir. Êtes vous dans mon cœur pour me dire ça?

Seul le temps le dira. 

J’ai aimé profondément un homme un jour. J’ai cru que je ne m’en relèverai jamais lorsqu’il est parti. Je m’en suis relevée, cela ne signifie en rien que je ne l’aimais pas assez. Et qui dit que je ne serais pas encore à l’aimer s’il était resté? 

Parce que l’amour est un choix. Pas une fatalité. Le désir, l’attirance, le coup de cœur, ok. L’amour, le vrai s’entretient ou meurt. C’est tout.

Il n’y a pas de “pas assez”...

Re pfffff

 

Et depuis quand je fais les choses à moitié? 

Aimer est un choix. Je n’aurai de cesse de le dire et de le tatouer dans les cœurs.

Desaimer est de l’ordre du choix aussi. J’ai fini par faire le choix de desaimer une fois, cela a pris un certain temps.

Je choisirai de désaimer à nouveau quand je serai prête. Je ne veux plus entendre les phrases assassines comme ça. Elles me poignardent dans le dos pendant que je saigne au cœur. Achevez moi pendant que vous y êtes. Je vous aime mes amis mais  vous n’etes pas dans mon coeur. Vous me connaissez et je sais que c’est parce que vous m’aimez, je vous aime aussi. Là soyez juste là. C’est tout. Comme quand votre chéri vous dit qu elle a besoin de réconfort. Soyez là. C’est tout. 

Je sais que ça ira, je sais que je desaimerai. Laissez moi souffrir en attendant. Nier cette souffrance c’est me nier moi toute entière.

Alors oui le Mal pour le Bien, évidemment. Mais pas là, pas maintenant. Plus tard.

Je vais chercher une formule mathématique avec un grand mathématicien pour calculer le temps approximatif nécessaire au désamour. Les paramètres variables sont nombreux mais c’est possible:  la durée totale, les temps de rupture, les temps de bonheur, les temps de croyance, les temps d’attente, créer un coefficient d’investissement mutuel mesuré à partir du nombre de clashs, et un coefficient de bonheur mesuré à partir du nombre de rapprochements charnels de qualité, du nombre de mots gentils mutuels et du nombre d’attentions de chacun. Et autres. Mais ilme faut absolument décortiquer l’histoire. Corticaliser le truc pour comprendre et bâtir mieux.

A Coupler avec les peurs et le passif de chacun, certes. Mais c’est modelisable j en suis certaine. A partir de là, je modulerai les paramètres des prochaines rencontres. Trouver mon algorithme de l’amour.

Je suis très sérieuse. On ne peut plus sérieuse.

Merci de vouloir m’aider mais   arrêtez avec ces phrases. Besoin d’écrire et de peindre, besoin de m’enfermer avec moi-même en tête à tête. Regarder mon face et mon pile. Étudier cette relation comme une historienne, comme une politologue, schématiser comme une scientifique, soigner comme une doctoresse en médecine , pour pouvoir me souvenir comme une conteuse. Vivre comme je le vis. Avancer à ma manière.  

 

J’ai déjà mal donc ça pourra pas faire plus mal. Don t worry. 

Erin pour mezetadam 

 

Partager cet article
Repost0
28 avril 2019 7 28 /04 /avril /2019 05:55

Message à ma petite poupée, belle amoureuse platonique qui attendait de voir son charmant 

« Il ne s’était encore rien passé mais ça m’a fait mal et je suis triste »

Oh ma toute jolie, je vois ton chagrin dans tes yeux. Et ce que tu me racontais me donnait envie d'espérer pour toi que ce soit vraiment celui qu’il te fallait. Tu étais prête à le rejoindre dans son pays, tu ne l’avais pas encore vu, mais tu es tombée amoureuse...

Il est préférable que les choses se passent ainsi. Il a été honnête avec toi. Il n’a pas joué et a rencontré une femme dans la vraie vie, proche de lui. Vous étiez tout de même partis avec un handicap de taille. 

Mais tu as tellement besoin d’aimer et d’être aimée que ce qui aurait arrêté la jeune femme que je connais avec la tête bien vissée sur les épaules a été occulté par la petite poupee rêveuse.

Alors pleure ma petite poupée, si tu as besoin de pleurer. Pleure pour guérir et relève toi, souris, c’est mieux que tu ne le rencontres jamais. Non, si tu peux, ne soyez pas amis. Et puis quoi? Quand tu iras là bas, il te présentera celle qu’il a choisie?

L’amitié n’est pas un lot de consolation. C’est un charmant qui m’a appris ça un jour, et il a raison. Il m’a dit: Erin, moi je veux être celui qui te fait rêver et celui qui sera ta famille. Je ne veux pas être celui qui aura mal parce que l’autre t’aura fait du mal. Je ne veux pas avoir doublement mal. Je t’aime mais si tu m’aimes d’ami, moi je veux t’aimer d’amour. Je t’oublierai car sinon nous serions déjà mariés.

Donc ma belle déçue, pleure et applique cela: ne sois pas l'épaule pour celui qui ne t’a pas choisie. L’amitié est aussi un choix. Et pas un truc qu on propose faute de mieux. L’amitié c’est magique et ça ne se brade pas non plus. Comme on ne tombe pas amoureux de n’importe qui, de la même façon, on n’est pas ami avec n’importe qui.

C’est dit. 

Et quand au fait que tu as mal, ne minimise pas. Oui tu as mal. C’est humain. Et n'écoute pas ceux qui te diront « c’est bon, il ne s’est rien passé, c’est pas grave ». Comme si le cœur tout seul ne pouvait pas souffrir, comme si ressentir dans sa seule chair pouvait amener la souffrance. Ma belle, il n’est pas dit que tu aurais davantage souffert s’il s’etait passé quelque chose de charnel entre vous. Car il s’est passé quelque chose entre vous. Que la chose ait été rêvée, fantasmée ou feintée, il s’est passé quelque chose. Alors n’écoute pas et pleure quand même cette blessure qui m’en apprend sur toi bien plus que n’importe quel autre chagrin d’amour « classique ». Tu es si sensible ma petite poupée de porcelaine. 

Erin 

Partager cet article
Repost0
27 avril 2019 6 27 /04 /avril /2019 13:06

« Je ne la quitte pas parce que je pense que ça va s’arranger »

Plait-il?

Comment une situation peut-elle s’arranger si tu ne fais rien et que tu attends que ça passe? Comment cela pourrait il passer? 

Ta belle voit bien que quelque chose ne va pas. Elle ne va pas changer si tu te tais et fais semblant. Elle a un cerveau et un cœur. Accessoirement elle peut avoir de l'intuition et des peurs et des blessures et un ego...

Tu ne fais rien, tu attends et tu te plains de ne pas avancer mon ami? Je vais te bousculer un peu: si tu veux avancer, bouge et donne toi les moyens d’avancer. As-tu mis en œuvre ce que tu étais en mesure de faire pour que vous avanciez tous les deux ou as tu plutôt attendu de voir comment ta belle se positionnait?

Que fais tu pour que votre amour demeure? 

Rien, si ça doit casser ça cassera

Ah et tu crois qu’avec cette mentalité tu avanceras dans la vie? Laisse moi te dire que tes chances d’avancer, avec cette belle là ou une autre, sont minimes, quand bien même la belle aurait des ressources de Wonder Woman.

Rien n’est facile dans la vie, quand tu as un jardin, tu l’entretiens pour avoir des fruits et des fleurs? Quand tu as une maison, tu fais le ménage et tu l’aménages pour t’y sentir bien? Quand tu as un véhicule, tu le nettoies, tu l’alimentes en carburant et tu révises le moteur? Quand tu as un enfant, tu lui donnes à manger, tu le changes, tu le vêtis, tu le divertis et tu le couvre de tendresse? Quand tu as un animal de compagnie, tu évites qu’il meure et tu ne l’abandonnes pas sur l’autoroute? Quand tu organises une fête, tu fais en sorte que tout se passe bien? Quand tu es malade, tu vas voir un médecin, tu prends des grogs et des tisanes, tu te reposes, tu te donnes les moyens de guérir? Quand tu fais du sport, tu te fixes des objectifs, tu cherches à améliorer ta performance, tu fais, refais, répète jusqu’à ce que tu sois content de toi, jusqu’à ce que ça soit facile et que tu puisses passer à un autre objectif?

oui?

alors en amour c est pareil.

 

Pourquoi ne fais tu pas pareil en amour? Pourquoi attends tu que ça passe tout seul? Laisse moi te dire: ça ne passera pas tout seul!!! 

Ne t’imagine pas que l’amour ne doit pas être projeté, entretenu, objectivé, répété, refait, nettoyé, décoré, aménagé, cultivé, porté avec patience, dépoussièré, huilé et enjolivé. Ne t’imagines pas qu’il grandira tout seul et que la facilité et la fluidité sont innés.

Ne t’étonne pas de ne jamais avancer mon ami. Si tu aimes, alors fais, entretien, montre,  démontre, nettoie, prouve, démontre et montre encore, dis, et fais encore. n’aie pas peur de dépoussiérer et de réinventer, c’est pour embellir, décore et fais briller, cajole et cultive tes projets.  Ensuite et seulement ensuite si vraiment rien n’y fait, là tu pourras dire que tu as tout mis en œuvre. Ne te cache pas derrière l’amour non cultivé, ne te cache pas derrière ce qu’elle a essayé de son côté. Elle au moins, elle aura essayé. Toi, regarde toi en face et demande toi si tu as vraiment entretenu l’amour ou si tu ne l’as pas laissé partir. 

Ou peut-être tout simplement que tu ne l’aimes pas. Et là mon ami, je te le dis: arrête tout de suite de te mentir et de lui mentir. Parce qu elle, elle fera de son mieux pour entretenir l’amour que tu fais semblant d’avoir. Rends lui service et vas-t-en, laisse lui au moins une chance d’être aimée comme elle mérite d’être aimée. Ravale ta fierté si tu ne l’aimes pas au lieu de vomir du semblant.

 Et ravale ton orgueil si tu l’aimes vraiment au lieu de passer à côté et de dejoyeuser.

 

Donc tu ne la quittes pas parce que tu penses que ça va s’arranger??? Alors fais en sorte que ça s’arrange. Les changements même les plus minimes prennent du temps, alors tiens bon et crois en ce que tu fais. Sinon, quitte la. Car elle, elle te quittera quand elle aura vraiment tout essayé en vain. 

Oh bien entendu tu t’en remettras et tu seras même soulagé mon mon ami  mais combien d’autres belles feras tu souffrir avec une telle attitude??? Ne sois pas lâche et sors ta virilité et ton courage. Elle a besoin de te savoir courageux de l’aimer. 

Ne rien faire est la pire des choses à faire. Entretien et cultive.  C’est dit.

 

Erin pour mezetadam 

 

Partager cet article
Repost0

Qui Suis-Je?

  • : Le blog d'Erin
  • : Une maman solo qui met des mots sur ce qu'on n'a pas le droit de dire, des mots pour ceux qui sont dans mon cas, mais aussi peut-être un peu pour laisser la douleur s'en aller
  • Contact

Mes citations au fil des jours

7 juillet 2012: toutes les premières fois dans un changement sont difficiles. Erin

21 mai: personne ne mérite tes larmes; celui qui le mérite ne te fera sûrement pas pleurer (https://www.facebook.com/pages/Chtit-panneaux)

février: former un couple c'est être deux et ne faire qu'un.Mais lequel? (d'un humoriste très célèbre)

26 aout: ce n'est pas que j'aime avoir raison, c'est juste que j'ai vraiment raison! Si tout le monde pense comme cela, qui a tort?
28 juillet: le bonheur est dans le pré, cours-y vite il va filer. Saute par dessus la haie. Paul Fort
27 juillet: dire à ceux qu'on aime qu'on les aime
22 juillet: comment peut-on ne pas sourire devant un enfant?

19 juillet: suis tombé dans la figure à moi - mon fils
18 juillet: j'ai l'impression de faire partie d'un tout. mais lequel?
17 juillet:quand on a touché le fond, il reste le fond de soi à explorer
16 juillet: pffff
15 juillet: je n'ai rien à dire aujourd'hui, non que je ne pense pas, mais plutôt que la pensée va trop vite pour la traduire - Erin
14 juillet: quand tout le monde est parti, il reste les amis - Quelqu'un de bien
13 juillet: La vie est un baiser. Et quel baiser! - Erin

12 juillet: "on ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux" -Saint Exupéry
11 juillet: j'ai découvert une nouvelle addiction: l'écriture - Erin
10 juillet: dors, dors, dors sur tes décisions, ne prend jamais une décision avant d'avoir dormi dessus - Erin
9 juillet: je suis là et bien là - Erin
8 juillet 2011: ça devrait être interdit d'être malheureux - Erin
8 juin2011 : "On a divorcé d'un commun accord, mais tu étais plus d'accord que moi" - un comique dont le nom m'échappe