Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2018 3 19 /09 /septembre /2018 11:55

Ce post, je l'ai commencé l'an dernier. Et jamais publié. Je le publie un an et demi après, l'actualisation ne doit pas être très très utile, mon étude était suffisamment étayée à l'époque. Ajoute 5% à tout et on fera comme si mes chiffres étaient bons, ok?

Donc voilà le post des tiroirs:

2 ans après le grand n'importe quoi avec l'appli tendance des rencontres en tout genre, Belle au Bois se décide à se reconnecter à la vie moderne (ne cherchons pas pourquoi, comment, et que c'est-t-il passé, etc. si j'écrivais toute ma vie ici, ça se saurait, non? Même mes meilleurs amis ne savent même pas ce que je fais quand je décide de prendre le large. En fait, moi non plus. C'est dit)

 

Donc: 1 mois sur cette appli et le bilan est tout aussi ridicule, voire pire qu'aux premiers essais.

58 % de matches supprimés pour manque d'échange entre les matchés
0,1% supprimés parce que trop loin 
2% rencontrés
soit en tout: 0,58% de chance de rencontrer un charmant pour de vrai avec lequel une belle histoire peut commencer et durer un petit peu

avec ça, tout le monde est prévenu.

C'est juste une statistique basée sur une expérience d'inscription sur un mois, il y a 8 mois. Temps moyen de rencontre: 2 mois. Parce qu'elle n'a pas le temps.
Temps moyen de rencontre: 2 jours. Si le charmant lui  plaît. (maintenant vous pouvez calculer l'algorithme de disponibilité de Belle au Bois, vous avez 2 heures.)

Elle prévoit un essai à nouveau pour cet été. Mais alors, elle n'en a pas du tout mais pas du tout envie. Donc peut-être pas.

Cette fois-ci, elle s'y prend autrement et préfère étudier l'algorithme de l'appli. Et elle comprend pourquoi elle tombait toujours sur les mêmes profils. Des types beaux, musclés, fiers ou bien des déprimés de la vie mais avec un descriptif original. Et elle comprend pourquoi ça matchait tant. En vrai, elle cliquait cliquait sur toujours le même type de profil, et plus elle cliquait, plus elle voyait les mêmes, comme si l'appli voulait lui faire retrouver le charmant qu'elle avait quitté. (s'est elle trompée, elle n'aurait pas du? Ou alors, non? euh... ben si, c'etait une bonne décision! fermer la parenthèse)

Sinon, le charmant était très bien. Sauf que finalement non. Ou alors si. Mais quand même, ça ça ça et ça, c'est pas possible, il était pas si bien. Sinon, elle ne l'aurait pas quitté. (elle referme la parenthèse encore)

Elle a juste écouté son ressenti, celui qui lui disait où étaient ses besoins et ses attentes et surtout où le charmant ne répondait pas. Et ce n'était pas faute d'avoir fait des pas vers lui. Non, non, il faut savoir se respecter soi-même et écouter ce qui ne va pas.(bon, puisqu'elle a envie de réouvrir une parenthèse, pourquoi pas? Les décisions que nous prenons sont les meilleures que nous prenons, c'est une bonne copine très pro qui lui a dit ça. Belle au bois se souvient de la phrase de sa bonne copine très pro. OK, elle a bien fait. Mais quand même... Belle au Bois, ce n'est pas à toi de courir après les hommes, tu as bien fait. Coach est toujours d'aussi bons conseils. Oui, oui, elle se souvient des paroles de coach. Oui, c'était le mieux à faire)

 

Bref, épisode de l'appli "pour voir", l'an dernier: catastrophique. Il faut être accroché sur ce genre d'appli maintenant. Belle au Bois le savait. Mais pas les petites fleurs bleues qu'elle connaît... Et elle se doit de continuer à prévenir. Pour les petites fleurs bleues. Il y a trop de mauvais jardiniers. Il y a trop de violonneux, il y a trop de petits coeurs en quête. Alors elle reprend son clavier. pas l'appli, elle en sait suffisamment. Mais le clavier. Petites fleurs, et petits oiseaux innocents, ne vous faites pas avoir. Ou alors prenez l'appli pour ce qu'elle est. Et gardez les statistiques de Belle au Bois en tête:

0,58% de chance de rencontrer un charmant pour une belle histoire. ET surtout de rencontrer un charmant qui ressemble celui qui vous a fait souffrir. Si, si.

Allez, l'algorithme de la vraie vie est bien plus fascinant. Aujourd'hui, j'ai rencontré un monsieur qui travaille avec moi depuis des années, et que je n'avais jamais croisé auparavant. Et pourtant, je pensais connaître beaucoup de monde dans cette boutique. Il semble que non. Charmant monsieur, par ailleurs...

Belle au Bois reprenant sa plume pour écrire des mots

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2018 3 19 /09 /septembre /2018 11:01

Bon, deux années ou presque. Ou plus. Et un petit post de rien du tout, juste pour voir si je sais encore faire. Et savoir si j'ai quelque chose à dire. Ben oui, parce que si je suis revenue, c'est que j'ai peut-être encore des choses à dire.

Je retrouve des brouillons d'outre tombe... qui resteront là où ils sont. Pour le moment.

 

Bon alors, sais-je encore écrire et exprimer quelque chose? Quand tout le monde te dit qu'il faut arrondir les angles, qu'il y a des choses qu'il ne faut pas dire, qu'il y a des comportements à ne pas avoir...pfff j'en suis toujours au même point... Je suis toujours moi!!!! Impossible de me changer. Je n'y arrive pas. J'ai essayé essayé essayé pourtant.... Et puis il y a ceux qui m'aiment comme je suis. Bon, ok, il s'agit de mon fils, de maman, de papa et de mes soeurs. Et de mes amis. Mais dis donc, c'est que ça compte suffisamment!!!

 

Et même un charmant qui m'a dit un jour: Erin, ne change pas, je t'ai retrouvée comme je suis tombé amoureux de toi, et c'est comme cela que je suis retombé amoureux de toi. Plaît-il? Tu m'as retrouvée comme je suis? En vérité, lorsque tu m'as retrouvée, j'étais moi ( et je suis toujours moi, c'est un fait). Et c'est à dire: sans toi dans ma vie... je ne sais pas si tu en as conscience.... ça, je ne te le dirai pas, charmant. Non, non, ça te vexerait. Et je suis passée à autre chose. Alors, oui, il est possible que tu sois "re-tombé amoureux" d'une femme qui précisément est heureuse, parce qu'elle ne t'a pas dans sa vie et qui se sent si bien sans toi... Lorsque tu m'as rencontrée, je menais ma vie comme je l'entendais, j'étais plutôt bien. Puis tu es tombé amoureux de moi. Et je n'étais plus moi, j'avais mis de côté mes passions, pour pouvoir passer tu temps avec toi, j'avais délaissé mes amis, avec lesquels je passe tant de bons moments, pour espérer faire des trucs chouettes avec toi. Et puis tu as estimé que je prenais (mon fils et moi prenions) trop de place dans ta vie et que tu n'étais pas prêt. Donc tu as préféré me laisser. OK. Je reprends ma vie là où elle était. Il est vrai que mon retour dans la sphère mondaine internationale était resté plutôt discret j'avoue... mais toi, tu as remarqué que j'étais redevenue celle dont tu étais tombé amoureux. Et à aucun moment tu ne t'es dit: "ah mais c'est parce qu'elle n'est pas avec moi qu'elle est si heureuse"? 

 

Donc, oui, être moi-même, toute une question. M'exprimer comme je m'exprime, dire ce que j'ai à dire.... Est-ce que je sais encore?

J'imagine que oui, sinon, je n'aurais pas retrouvé mes mots de passe au fin fond de ma mémoire. J'ai surtout des choses à dire aux femmes, j'ai aussi des choses à dire aux hommes. Là, tout de suite, tout de suite,  je ne sais pas encore bien comment ni quoi exactement. En fait, je ne veux froisser personne. Et puis zut. Prenez-le comme vous voulez, je ne suis pas certaine d'avoir réussi à changer...

 

C'est dit
 


Erin

 

(oserai-je signer : I m back? non. si. non. Allez, de toute façon, c'est dit)

Partager cet article
Repost0
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 20:00

Mon fils ma bataille... Erin je vois le chemin que tu as parcouru. Et je me demande comment sera le mien. Etre maman c'est tellement imprévisible, tellement compliqué. Parfois j'ai envie de tout laisser tomber.

Combien de fois ai-je eu envie de tout plaquer? Je ne saurais dire, mais une fois par semaine au moins à raison de tous les 6 mois pendant 1 mois. Des périodes vraiment compliquées. Et qui reviennent,, c'est cyclique ces choses là.

Et la période est derrière moi. En tout cas celle là que tu traverses toi maintenant aujourd'hui, toi mon amie.

J'attends sereinement la prochaine période de maman solo. Parce que je sais que j'avance pendant ce temps là. Les autres ont été difficiles mais sont terminées. Donc les prochaines difficiles se termineront aussi. Peu importe comment. En tout cas, du mieux que ma personne pourra supporter.

Recevoir un petit mot de mon grand, écrit de sa de moins en moins petite main, disant: "maman, je t'aime tu es la plus belle" me transporte de joie.

Mon coeur, tu es adorable. Je t'aime et j'adore que tu m'écrives des petits mots doux comme ça. Mais tu sais, tu dors quand même dans ton lit ce soir.

Ah zut maman, tu as débusqué mon piège!!!

Eh oui, si je sais m'émouvoir utilement, je te connais mieux que quiconque mon fils.

Mais c'est pas grave maman, c'est quand même vrai ce que j'ai écrit.

ET c'est complètement vrai ce que je t'ai répondu mon amour: je t'aime. Bonne nuit mon coeur.

Bonne nuit maman

Erin avançant

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 23:56

Oh la la la journee "pourrie", ohlala lui il m'a cherché(e), ohlala mais elles se sont donné le mot pour m embêter la vie? Ohlala ci, ohlala ça.

Ce ne sont pas les autres qui t'énervent. C'est toi qui n'es pas dans un mood calme!

Il y a une raison mais laquelle??

Voici une nouvelle théorie de princesse moderne: l'effet SR.

L'effet SR c'est quand tu attends un signe de l'autre et que rien ne se passe. L'effet SR c'est quand tu checkes ton téléphone et qu'il est muet. L'effet SR c'est quand tu ne dis rien à personne du tout du tout. L'effet SR c'est quand tu meurs d'envie d'appeler ou de textoter et que tu te freines parce que non ça ne se fait pas. L'effet SR c'est aussi quand tu t'es pris une veste et que tu veux pas le reconnaître. L'effet SR c'est quand tu essaies de faire de ton mieux pour faire comme les autres jours quand c'est pas comme les autres jours. L'effet SR c'est quand tu te sens abandonné, quand ton ego parle et est vexé. C'est quand ta fierté en prend un coup.

Et là rien n'est supportable. Rien sauf ça, puisque ça ne se voit pas, puisque personne ne sait. Par définition tu ne peux pas arriver au boulot et dire: bah ça fait 3 jours que je n'ai pas de nouvelles, bah c'est la vie...

parce que oui, bah c'est la vie mais bon tout le monde n'est pas obligé de savoir que c'est la vie.

Et les charmants qui ne donnent pas de nouvelles, même s'il ne s'est rien passé, bah c'est gênant pour notre ego. C'est dit.

Bien sûr on est au dessus de ça.

Bien evidemment faut pas se laisser abattre. Evidemment ça nous indiffère, oui bien sûr. Si, si! La preuve? Bah on pleure pas, tiens! Bah on continue à vivre normalement et personne ne se jette d'un pont.

Normalement? Vraiment?

Est-ce bien normal de ne pas écouter son enfant dans une conversation, alors que d'habitude tu sais par coeur toute sa vie? Est-ce normal de ne pas être patient dans une file d'attente où il n'y a que 2 personnes? Est-ce normal de ne pas répondre aux messages des autres? Est ce normal d'avoir envie de déchirer un rapport de la Cour des Comptes? (Euh oui, ça c'est peut être normal, je retire)

L'effet SR nous glisse dans une normalité d'envie de frapper un sac de sable, de crier, que dis-je? de gueuler, de vomir, de défoncer la tête du premier venu et de l'envoyer au mur avec la plus belle droite de sa vie et de la notre jusqu à s'ensanglanter les mains, que sais-je? De tirer à bouts portants (encore que je n'ai aucune idée de ce que ça signifie ni de ce qu on peut ressentir, je suppose que ce doit être comparable à la satisfaction de s'être vidé de son désespoir et de sa haine)

L'effet SR c'est faire comme si de rien n'était alors que tout est...C'est s'énerver pour rien pour les autres... Et pour nous aussi. Par définition. Puisqu'il n'y a rien...

Heho on se réveille. Si! Il y a quelque chose qui se passe. On n'encaisse pas quelque chose. Parce que c'est sensé ne pas nous atteindre. Sauf que si.

Si tu arrêtes de te mentir, tu accueilleras la déception, la rage, le desarroi, les remises en question qui vont avec. Si tu fais comme si de rien n'était, tu n'avanceras pas bien vite.

Acceuille le truc qui se passe, reconnais qu'aujourd'hui tu es dans un bad mood et arrête de croire que ce sont les autres qui. C'est toi ou plutot c'est ton ego. Laisse le parler en toi, reconnais le; ça t'évitera de gâcher le beau potentiel relationnel qui est en toi. Et il sera moins "violent". Dis toi: ok je suis dans un bad mood. Ok je suis pas au top du top, ok ça passera. Ça je reporte, ça je délègue, là je réponds pas, ça j'ai pas le choix, ok mais même si ça va être difficile, ce ne sera pas de la faute à pas de chance.

Comment peux tu espérer maîtriser tes émotions si tu ne les reconnais pas? Alors acceuilles le truc. Tu sais pas ce qu est ce truc? Moi je te le dis: c'est l'effet SR!

L'effet SR c'est l'événement que tu n'encaisses pas et qui te prend la tête jusqu'aux pieds. C'est la table jamais rangée du petit dej alors que tu l'as répété 100 fois que c est insupportable les miettes de pain toute la journée sur la table . Un SR c'est quand on attend quelque chose qui ne vient pas, ou en tout cas pas aussi vite qu'on le souhaiterait. L'effet SR c'est ce qui se passe après le SR. C'est la réaction humaine qu engendre un SR, dans son concept absolu.

SR ça veut dire silence radio. Mais ça vaut dans tous les domaines sans exception.

Un jour j'ai écrit : parfois les gens me soûlent. Ça reste vrai. Mais maintenant, je sais pourquoi et à peu près à quel moment. C'est déjà avancer.

Alors quand j'identifie ces "soulages" potentiel proches...j essaie de m'isoler.Mieux: je reste chez moi. Si je ne peux pas? Et que je n'ai pas de sac de boxe sous la main, ni de plage pour courir là tout de suite maintenant?

Alors j'utilise ce négatif pour régler les problèmes qui traînent et qui n auront pas de conséquences sur ma capacité relationnelle réelle: je réponds aux réclamations qui traînent, je prends un vieux dossier il y en a toujours, et je le règle, je supprime des amis sur FB, je râle dans des communautés polonaises ou guatémaltèques, j'écris sur mezetadam des tas et des tas de conneries qui restent en brouillon, je fais des " crabouillages", je froisse des papiers que je jette dans une poubelle et quand la poubelle est remplie de papiers autour, je vais les ramasser avec la satisfaction de la colère passée. Parfois les papiers jonchent le sol et je les laisse jusqu'à ce que la colère soit passée. Je sais qu'elle est passée quand les papiers sont ramassés. Quand je n'ai pas de poubelle ou de papier, que je ne peux pas m'isoler, et qu'on vient me "soûler" la vie malgré le fait que j'aie pu prévenir que je n'étais pas en super forme???? Ben là desolee, je ne peux pas grand chose, l'effet SR c'est l'effet SR. Mais en moins pire parce que je sais que c'est à cause de mon ego et uniquement de lui. Les autres ont le droit de ne pas avoir envie de donner suite, de m'aimer, de m'appeler, de prendre de mes nouvelles, de ne pas me répondre, de ne pas vouloir sortir ici ou là, etc.

Bref, je sais que l'effet SR est en marche. Je peux aussi me laisser pleurer, ce n'est pas la fin du monde. Il faut juste que personne le voie. Sinon, on va croire que je ne contrôle pas mes émotions. Laissez moi rire. Plus contrôleuse d'émotions que moi maintenant? Tu meurs.

Erin ou Belle au bois, en tout cas, celle des deux qui contrôle super bien et qui a tout tout compris. Mais je sais pas bien laquelle est laquelle ni quand.

Bref Erin

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 00:52

Dans la vie, j'ai fait des erreurs, et je continuerai.

Je fais des erreurs. Je me remets en question. Je fais d'autres erreurs. Je me remets en question... Mais seulement quand c'est utile. Je ne peux pas passer mon temps à me remettre en question. Si une discussion me fait réfléchir alors ok. Sinon, je passe à autre chose. Se remettre en question tout le temps????? Fini pour moi.

Les gens ne sont pas intéressés à discuter. Ils ont juste envie ou besoin de dire des choses. Ce que les autres en pensent, je me demande si vraiment ça interesse quelqu'un...

L'échange je ne sais pas ce que c'est si c'est juste parler dans le vide en face de quelqu'un qui parle dans le vide.

ou alors ils parlent pour que je fasse ce qu'ils voudraient que je fasse. Parce qu'eux, ont la solution à mon problème... Mais euh je ne demande à personne de me trouver une solution. J'ai décidé de faire ci, point. Je ne dis même pas: qu'en penses tu, que ça y est, chacun a son opinion.

J'ai passé la moitié de ma vie à faire comme on me dit, à répondre aux convenances, aux attentes des uns et des autres: mes parents, mes enseignants, ma famille, mes amis, les conjoints de mes amis, les parents de mes amis, leurs voisins, mes connaissances, mon mari, mes ennemis, mes voisins, la directrice de crèche, les docteurs, les psys, les enfants de mon mari, sa famille, ses amis, ses voisins, la boulangère, la coiffeuse, le chauffeur de taxi, la vendeuse de fringues, le guichetier, le mendiant dans la rue, le prêtre, le boudhiste, tout le monde....

Jusqu'au jour où je me suis demandé qui répondait à mes attentes, mes souhaits, mes envies, ma façon de voir les choses. Je me suis beaucoup mise à la place des autres j'ai donné de mon temps, de ma personne. Jusqu'au jour où je me suis dit: qui m'écoute réellement?

Et en vérité, à m'occuper de tout le monde... qui s'occupe de moi?

Et là: THE révélation!

Si je ne le fais pas moi-même, je crains que personne ne le fasse à ma place.

Alors, mon amie, je m'adresse à toi: fais ce que tu as envie de faire, les autres s'adapteront. Ou pas.

Tu t'es adaptée à eux lorsqu'ils ont fait tel choix, acheté tel machin, adopté un teckel, choisi une activité qui les accapare au point que tu devenais quantité négligeable, rencontré machine et consacré toutes leurs soirées à elle, fait tel séjour pendant la semaine de ton anniversaire, travaillé quand tu étais là, et tu t'es tellement adaptée que c'en était normal que tu sois si flexible.

ah oui, l'adaptabilité de Carole... C'est le top, Carole est vraiment arrangeante.

Et qui arrange Carole???? Qui écoute Carole? Qui sait ce dont a besoin Carole?

Vraiment mon amie, les vrais qui comptent ils restent. Les autres (ceux du "ou pas") ne verront que par eux et c'est bien pour eux, je suppose. Alors pourquoi les regretter un des rares jours où c'est toi qui as envie de faire comme ça t'arrange toi???

Les vrais peuvent certes être maladroits dans leurs propos et te blesser sans s'en rendre compte, oui. Les vrais peuvent s'enthousiasmer ou se catastropher, s'emballer, s'énerver ... parce qu'ils tiennent à toi. Et veulent ce qu'il y a de mieux pour toi. Ils ne peuvent que voir à travers leurs yeux, leurs expériences, leurs ressentis, leurs craintes, ce qui les apaise, les réconforte, eux, les énerve ou les revigore.... et de fait, ce qui serait mieux pour toi selon eux. C'est un transfert inévitable. (Et dans certains cas utile, car de ces discussions parfois peuvent découler de véritables directions de vie, voire des remises en question - mais attention, pas les remises en question pour 4 ouïs pour 8 nons )

Il y a tant d'amour dans ces transferts -là. C'est ce qui me fait dire: ils resteront. Les vrais. Ceux qui comptent.

Et la réciprocité existe.

Avec ceux qui comptent. Ceux qui restent. Ceux qui comptent s'adaptent à toi et tu t'adaptes à eux. Tu as le droit de poser aussi tes limites. Tu as le droit de dire: ça, c'est mon choix et je le fais, que vous soyez d'accord ou pas. Je ne vous demande pas votre avis, là, je pose un fait. Je n'ai pas à argumenter avec vous, c'est ma vie, c'est moi qui suis concernée 365 jours par an. Vous serez concernés vaguement à hauteur de 10% ! Hé Ho?!?! Ok. Maintenant, je vous remercie de me laisser faire mes choix moi aussi.

Fais ce que tu crois bon pour toi. Les autres croient autrement mais les autres ne sont pas et ne seront jamais à ta place.

Nous sommes tous dans des situations uniques que nous seuls pouvons appréhender. Alors retourne leur leur "tu peux pas comprendre" subtilement. Sans animosité ni revanche. Juste pour toi. Et je suis certaine que tu auras fait un pas qualitatif vers toi que les autres ne pouvaient pas faire à ta place.

Il s'agit juste d'agir comme on pense que c'est bon pour soi. Car personne d'autre que toi n'est mieux placé pour savoir réellement ce dont tu as besoin.

Avec toute mon amitié

Erin

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 07:18

Ok va pour le téléchargement d'un jeu mais alors un gentil jeu mignon

oui maman merci

nous choisissons les Smurfs

Mon poussin commence à monter son village, il découvre les récoltes, il achète des maisons, installe des statues, des chemins, des fleurs, un cinéma, des tables de pique nique. C'est super génial.

Là où les choses sont moins drôles pour maman, c'est lorsque mini Smurf n'a plus de sous... Maman, peux tu m'aider s'il te plait? Je n'ai plus de sous parce qu'il faut aller récolter mes récoltes et c'est la journée. Ton téléphone est avec toi et moi je suis à l'école, tu comprends.

Oui je comprends mon cœur chéri

Et voilà maman qui regarde de temps en temps les notifications Smurfs qu'elle zappait jusqu'ici.

Zut les récoltes ont dépéri ...

Bon, prends 3 minutes pour les replanter. Oh non, il ne peut plus en planter il n'a plus de sous!!!! Que faire?? Ah cette solution est sympa, elle ne prend que 10 secondes par récolte,chéri ne se rendra pas compte. Allez, rattrape tout! 1000 récoltes plus tard: Ok chouchou sera content il pourra acheter sa petite souris pour le refuge des animaux. Nous sommes sauvés

Là où c'est beaucoup beaucoup moins drôle, c'est lorsque le jeu avance en niveaux et qu'il peut acheter d'autres denrées, dont la recolte s'effectue 24 heures voire 48 heures plus tard, qu'il faut nourrir la ménagerie et emmener les Smurfs au cinéma, construire des chefs d'œuvre pour un concours du village et j'en passe...

Monsieur le petit chef du village fait ses choix et me voilà réveillée à 3h du matin -erreur fatale d'avoir oublié d'éteindre mon téléphone - pour aller récolter des citrouilles.24 parcelles de citrouilles plantées n'importe où et à des moments différents.

Au petit déjeuner: Mon chéri j ai récolté tes citrouilles dans la nuit. On va reprendre ensemble les règles du jeu pour qu on ne soit ni réveillés ni obligés de perdre tes récoltes. Et tu vas arrêter de dépenser tes sous pour n'importe quoi s'il te plait.

Et voilà comment je me suis laissée embarquer dans l'aventure des Schroumpf.

Au final, nous avons trouvé un beau terrain d'entente. Car ça a quand même un effet frustrant de savoir que tous les sous que tu as amassés pour qu'il avance dans le jeu soient utilisés pour acheter un ver de terre... Alors qu'il y a la maison du schtroumpf machin à réparer.... Lol

Nous en sommes arrivés à créer notre communauté et à négocier et il fait des choix d'enfants raisonnés. Lorsqu'il a vraiment envie d'acheter une barrière bleue, il m'explique ses raisons. Et ma foi, il s'y prend bien dans son argumentation. Regarde maman, on a quand même 6 chiffres de pièce d'or (84567 pièces d'or). On achète la nourriture pour les dauphins et quand meme on a sûrement encore des sous. Tu peux vérifier si c est possible?

Maman vérifie. C'est possible. ok pour la déco bleue mon cœur.

Maman, j'adore jouer avec toi aux Schtroumpfs

Il est vrai qu il a appris à rationaliser l'espace, à fordiser l'activité et à cadencer ses récoltes de manière à intégrer des loisirs. Suis fière de mon petit Schtroumpf.

ces applis de construction de mondes sont utiles si on joue avec eux. Comme n'importe quel jeu. C'est juste une nouvelle façon alternative de jouer. Et surtout pas supplétive.

@mitiés

Erin

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 21:56

Madame, que faites vous ici?

Le regard inquisitrice de la directrice me pétrifie. Et pourtant j'ai bientôt 40 ans.

Je me sens comme une petite fille en faute...

Mon fils est arrivé en retard. Je l'ai accompagné jusqu'à sa classe. Vous n'avez pas appelé. Non, je n'ai pas le numéro de l'école (mais voilà que je me justifie????)

Elle regarde sa montre.

Je me cache dans un trou de souris imaginaire.

Bon, dit-elle d'un ton ton. ( le ton "ton" est celui qu'on entend comme il est, c'est le ton qu'on prend quand on veut avoir un ton spécial que personne ne sait vraiment ce que c'est mais tout le monde comprend. Et ça marche. C'est un ton qui en dit long mais pas trop, surtout quand on dit bon, c'est un ton ton. C'est un ton inqualifiable au point qu'il n'a d'égal que son éponyme)

Je prends l'air détaché. "Au revoir madame, bonne journée.", dis-je d'un ton trop décidé pour être honnête.

Mon coeur bat la chamade. Comme un petit enfant en faute. Je marche vite du fait de la pluie. Ou à cause d'elle.

Il pleut, l'école est à l'autre bout de la ville, personne ne sait conduire quand il pleut, il y avait un embouteillage monstrueux; j'ai l'impression de divorcer pour le 2ème fois depuis un mois, du même papa de mon même fils. Mon sèche cheveux a rendu l'âme hier. J'ai une grosse réunion et Ptichadamourdemaviequejaimesifortmaisquiménervequandmêmemaisquejaimeplusquetout ne trouvait pas ses billes ce matin, il a renversé son lait partout dans la cuisine ce matin, je sais qu'il va falloir que je relave le sol ce soir, essuyer le carnage ne suffisait pas mais je n'avais pas le temps, le linge qui séchait dehors est trempé jusqu'aux os, je n'ai pas de sèche linge, j'ai oublié mon repas sur la table, il va sécher, quant à lui et je n'aurai rien à manger ce midi, mais tant pis, je n'aurais pas le temps de manger de toute façon; le parking était plein et personne ne m'a ouvert la porte quand j'ai sonné, nous avons attendu sous la pluie, mes pieds sont trempés et mon fils a chaud dans son imperméable, il ne voulait pas prendre son parapluie Winnie parce que ça fait trop bébé et que son parapluie de grand est resté chez papa; mon téléphone n'a plus de batterie, la périscolaire m'a laissé un message que je n'ai pas écouté mais je sais bien que c'est pour me dire que le père de mon fils n'a pas emmené le papier attendu, alors je fais comme si je ne savais pas, et j'ai reçu hier une relance de facture impayée avec mise en demeure, alors oui, oui, oui et re-oui, je suis en retard.

(Voulez-vous un mot de mes parents?)

Comme si j'aimais que mon fils soit le dernier arrivé. Et trempé. Sans parapluie.

... ce moment où je me suis sentie en faute en CP à 40 ans...

@micalement

Erin

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 20:57

J'ai un train à prendre, je ne sais pas bien si je vais le prendre, je regarde sa destination, son prix, l'état des wagons, c'est un train standard ou un modèle récent, ok, ce n'est pas un train fonctionnant au charbon, ça va, je peux y aller, il ne polluera pas. Les vitres sont propres, bah, quelques graffitis par ci par là, c'est normal, il n'est pas de première main. Le conducteur attend patiemment. OK j'y vais. De toute façon, il n'y a personne sur le quai, le train m'attend. Le conducteur a l'air de m'accepter, il me tend un ticket. Je prends le ticket.

Ah, tiens, un distributeur de boisson, j'ai soif. Le train est toujours là. Tiens je vais me repoudrer le nez. Le train est toujours là. Tiens, je n'ai pas regardé les horaires du train.

Comment ça les horaires ne sont pas affichés ?

Oui, M'dame, c'est un train de l'amour. Les trains de l'amour partent quand il sont prêts et personne ne sait quand. Il faut juste savoir le prendre à l'heure.

Ah mais quand même monsieur le contrôleur (tiens, a-parte : pourquoi ça serait un monsieur le contrôleur?) si rien n'est affiché, comment savoir ?

On ne sait pas, m'dame.

Et il y en a beaucoup des trains ?

Oui, des trains, moi, j'en vois tout le temps. Et des voyageurs aussi!

Promenade sur le quai. Bof, pas tant de trains comme je les aime.

Vous savez, Monsieur le contrôleur, vous me dites qu'il y a beaucoup de trains. J'en ai vu peu.

Le monsieur balaye la flotte des yeux jusqu'à revenir à moi.

"M'dame, c'est comme ça la vie, des trains il y en a beaucoup, moi je vous l'dis. Mais ceux qui vous conviennent, il faut savoir les trouver, être là quand ils arrivent à quai et les prendre au bon moment. Si vous en loupez un, vous ne savez pas quand un autre qui vous convient passera."

Oh, j'ai oublié ma valise. Je l'avais laissée dans un placard. Suis-je obligée de la prendre ? Parce que bon, quand même elle est lourde, je ne l'ouvre pas souvent. Et elle commence à être encombrante. En ai-je besoin ? Petit message à mes amis au sujet de ma valise : pensez-vous que je peux la laisser dans son placard ? Non, Erin, prends la et jette la. Non, Erin, il faut que tu l'emmènes partout où tu vas, c'est ta valise, elle fait partie de toi. Oui, Erin, laisse la là où elle est, tu n'en as pas besoin là où tu as décidé d'aller.

Ah vous croyez ?

Le train siffle, de cette jolie musique, déjà entendue.

Je me retourne, je le regarde. Il s'impatiente. Le train siffle encore. J'ai l'impression qu'il est prêt à partir.

« Erin, prends ce train ! », me dit une petite voix, si petite, si frêle, que je l'entends à peine.

Je cours cours cours chercher ma valise dans le palcard. Il est loin ce placard. Je monte les marches à toute vitesse, je dévale les pentes, rattrape au vol un enfant qui tombe, aide une dame à traverser la rue. Il siffle toujours. Je croise un passant qui m'agresse verbalement. Ce qu'il me dit me heurte mais je choisis d'oublier ses inepties. Ma valise est là. Je la soulève.

Oh ce poids !!!!

Bon, il faut que je me débarrasse de ce dont je n'ai pas besoin. Je cherche une poubelle. Hop, hop, hop. Ça, oui, je garde. Ça, c'est vieillot, je n'aime vraiment plus. Ça, je n'en veux plus. Oh mon Dieu, comment ai-je pu garder cet objet ? Qu'est-ce que c'est que cela ? Allez, hop, bon débarras.

La valise s'allège peu à peu.

Je la referme et je retourne vers la gare.

Tiens, dans ce train il y a quelque chose qui ressemble à ce que je viens de jeter. Je vérifie. Oh que oui. Beurk, définitivement, beurk!

Hop, je descends.

Le train siffle. Il y a un monde fou dans cette gare. Mais pourquoi tant d'affluence ? Moi je sais où est mon train, je bifurque je slalome, ma grosse valise derrière moi. Moins lourde mais encombrante malgré tout. Et quel bruit! Les sifflements de mon trains en sont cachés. Mais je sais qu'il est toujours là.

Je cours, je cours, oui, je vais le prendre. Ma valise tombe. Je la récupère. Il fait chaud, j'ai trop couru, je reprends mon souffle. Pas bien longtemps, parce que le train démarre.

Vite, je repars de plus belle. Je ne réponds pas au téléphone. Tant pis, je les verrai une fois arrivée dans le train. Je jette un œil furtif. 56 messages m'attendent.

Je cours, je halète. Je tombe. Je me relève. Et le conducteur du train est descendu vérifier si j'étais revenue, je le vois au loin. Il semble m'apercevoir. Je lui fais signe. Il ne le voit pas.

Le conducteur est remonté. Le train siffle.

Pardon, laissez moi passer, j'ai un train à prendre. Pardon, laissez moi passer, pardon, j'ai une urgence. Vite vite, excusez moi, merci, pardon, pardon, merci. Je souris. Oui, c'est décidé, je vais prendre mon train! J'exhulte!

J'arrive.

Il est lancé. Il ne siffle plus. Je lâche ma valise, je cours je cours je cours, je meurs, j'étouffe, je cours. Elle fait un bruit sourd. Tout le monde se retourne. Moi pas. Tout le monde se précipite sur cette valise. Pas moi. Moi je cours derrière un train qui ne fait plus de bruit. Je cours jusqu'au bout du quai.

J'étouffe. Je pleure. Je regarde un point gris avec une lumière qui s'éloigne.

Une main qui passe par la fenêtre, un foulard qui dit au revoir.

Mais qui a pris mon train ?

Et puis plus rien.

Ce n'était pas mon train. C'était un train prêt à partir pour la personne qui est monté dedans. Sauf que ce n'était pas moi.

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 22:19

J'ai des idées un peu folles. Ok c'est dit. Je le sais. Je ne bois pas d'alcool, je ne suis pas fun pour ceux qui ont besoin d'alcool dans une soirée. Tu risques de me trouver devant ou à un reportage ou un conférence planète bienveillance et respect de l'humain.

Mes goûts m'appartiennent. Ça aussi c'est un fait.

Et voilà comment faire avec tout ça pour s'amuser quand même seule, sans virer sketche à la Palmade ou Robin?

Parce que oui, je m'amuse.

Comme une enfant, je souris, je ris là où j'ai décidé d'être. Je ne connais personne? Youpi, je peux m'affranchir des convenances sociales. Youpi, je peux juste sourire au soleil, aux sourires, au vent ou aux étoiles, non? Ça ne se fait pas? Ah bon.

Je souris et on me répond par un sourire là où je vais.

Oui mais si ça se trouve, ils sourient parce que ta situation prête à sourire. Ah. Et donc il ne faut pas sourire des fois qu'on me sourie pour cette raison? Bon tant pis je prends le risque. Et puis ils peuvent sourire parce qu ils sont gênés ou par pitié. Ils peuvent te plaindre aussi. Ou se dire "Ben dis donc". Ou "tiens regarde celle là elle sourit on sait pas pourquoi, elle doit être un peu simplette" Plait-il???? Ben dis donc quoi? Gênés ou Pitié de qui? De moi? En quoi? De ma solitude? plait-il????

Toutes ces suppositions sont dans ta tête! Et ne sont pas vérifiables. Toi seul(e) te fais des films sur ce que peuvent penser les autres.

Fais ce que tu as envie de faire. N'attends pas les autres pour sourire et rire.

Tu aimes ce morceau de saxo et tu as envie de danser? Danse! Le jazz de la vie c'est ça! Feutrer tes envies pour les yeux et pensées desautres ? Rester du bon côté, du côté où il faut être quand on est grand?

j'ai assez fait semblant et je fais semblant tous les jours pour répondre aux normes sociales où on m'attend. Alors quand je décide de m'amuser à ma façon avec mon fun à moi, alors quand je décide de ce que j'aime faire, je wooche. Oui je wooche. C'est le grand Woody dans Toy Story qui parle à Buzz Lightyear qui m'inspire. ( J'ai les sources d'inspiration que je veux! Rabelais Platon Jésus Nietsche Buddha Eric Emmanuel Schmitt, Sempé, Coluche, Gandhi, De Gaulle, Miro, qui ont tous une page Wiki aujourd'hui, Ok ça fait toujours bien dans une conversation et tu donneras l'illusion que tu sais plein de choses sur tout à des gens qui ne cherchent pas l'esprit des choses. Mais le wooch de BuzzLightyear sauce Erin, c'est moi et moi seule et ça j'aime! Le wooch thing, c'est juste un état d'esprit!!!! Je crois que seule ma bulle me protège des autres et je me sécurise dans ma bulle contre les autres et pour les conventions. Quand je "wooche" je prends le risque de ne pas mettre ma bulle dans un environnement qui n'a d'hostile que ce que je me persuade qu'il peut être.) Donc oui, je confirme, je "wooche"

j ai un cœur je veux l'entendre battre

je tombe les barrières, je joie ou je triste et en tout cas je pulse et je jazze un peu ma vie pendant que je peux la kiffer encore

oui je dis kiffer maintenant parce que j'ai juste envie de dire kiffer. C'est pas ton style, Erin, d'employer ces termes. Ouais ouais!!!!!! Ben là, si. C'est mon style pour ce post. Parce que je le sens comme ça! Je ne vais pas plaitiler tout le temps non plus. Oui plaitiler je l'invente aussi maintenant. Même si personne ne l'emploiera jamais je viens de créer le verbe plaitiler!

je créée à ma façon, elle convient ou elle ne convient pas aux normes environnantes. Et puis alors??? Dans un autre contexte, sur une autre planète, dans 107 ans ou jamais, ce que je crée aujourd'hui aurait un sens. Et quand bien même jamais cela n'aurait de sens pour personne, cela en a pour moi et cela me suffit. Je m'amuse de ne pas plaitiler de temps en temps, tout comme j'aime aussi plaitiler pour le plus grand plaisir de ceux qui composent la société dans laquelle je vis

je pourrai me dire ouais j'ai fait ça et personne ne m'a lapidée sur la place publique

oui j ai fait ci et personne ne m a enfermee

oui j ai fait aussi ceci et cela et je suis toujours debout, j'en redemande.

youhou je vais loin

youhou je ne relis pas youhou je le publie

youhou je prends soin de la petite fille qui a été empêchée d'être elle-même tout le temps

je jazze je pulse je wooche je plaitile je kiffe comme une enfant

Ben quoi?

Simplette Erin

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 04:25

Activer les notifications est utile. Sinon...

Belle au bois, à l'approche de l'été désespère: "je suis vilaine, personne ne m'aime et en plus j'ai pas trouvé de maillot"

et un jour elle clique sur l'application, les yeux dans le vague, la cuiller dans le pot de glace.

Arret sur image: ????????????

Des matches!?!?!?!

52????????!?!?!!!!!!!!?!!?!!!!!!!!

youhou!!!!!!!!!!!!!!!!!

Mais il n'y a pas de photo de ma pomme!!!!!!?!?!?!?!

Coach: Erin, moi, je likais à peu près tout.

Belle au Bois: Merci, c'est rassurant. Mais ça veut dire que j'ai liké 52 profils?!? Tu te rends compte? C'est top.

Coach: on va voir tes matches?

Belle au Bois réalise: elle a liké peut être un peu précipitamment 75% des profils.

Belle au Bois: et je fais quoi maintenant ?

Coach: ne réponds pas, ça sert à rien. Ca fait trop longtemps.

Fillette au Bois: 10 jours, c'est si long?

Coach: puisque je te dis que cette appli existe dans un seul but. En tout cas, les charmants ne sont pas là pour tricoter des pulls et parler philo ma grande

Naïve au Bois: mais c'est pas sympa quand même de ne pas répondre.

Couillonne au Bois répond à quelques uns.

en tout cas à ceux qui ont écrit autre chose que "salut". 28%

ou "Hello" 18%

Belle au Bois aime faire des statistiques qui ne servent à rien sur un échantillon arbitrairementchoisi. Ça doit être grâce à son prof de maths de 4ème qui était si beau et qui s'appelait Louis.

Sur le panel test restant, Belle au Bois se réveille: 25% de non réponses, 5% de "merci mais je suis passé à autre chose" mais au moins poliment dit, 5% de voilà mon numéro, 25% de conversation, 15% de "mais pourquoi je l'ai liké, lui? Va falloir faire la polie mais passer ton chemin vite vite vite, princesse", 10% de vacanciers (certains repartis d'ailleurs... Ceci tend à confirmer l'approche de Coach) , 5% ont supprimé l'affinité après 3 lignes, 1% connaissances pas reconnues, 5% d'ennuyeux sans humour, 4% de vrais charmants

Distance moyenne du panel: 50km, exception faite des longs courriers.

Belle au Bois désespère. Mais les hommes cherchent n'importe quoi?!?! Une fille qui sache écrire son pseudo, ça suffit. Et elle, elle a quand même liké trop vite. Mais elle ne savait pas ce qu'elle faisait. Maintenant les princesses qui lisent sont prévenues.

La fin du monde c'est bientôt...

C'est normal aussi... Elle est sur une appli de désespérés.

lol

Partager cet article
Repost0

Qui Suis-Je?

  • : Le blog d'Erin
  • : Une maman solo qui met des mots sur ce qu'on n'a pas le droit de dire, des mots pour ceux qui sont dans mon cas, mais aussi peut-être un peu pour laisser la douleur s'en aller
  • Contact

Mes citations au fil des jours

7 juillet 2012: toutes les premières fois dans un changement sont difficiles. Erin

21 mai: personne ne mérite tes larmes; celui qui le mérite ne te fera sûrement pas pleurer (https://www.facebook.com/pages/Chtit-panneaux)

février: former un couple c'est être deux et ne faire qu'un.Mais lequel? (d'un humoriste très célèbre)

26 aout: ce n'est pas que j'aime avoir raison, c'est juste que j'ai vraiment raison! Si tout le monde pense comme cela, qui a tort?
28 juillet: le bonheur est dans le pré, cours-y vite il va filer. Saute par dessus la haie. Paul Fort
27 juillet: dire à ceux qu'on aime qu'on les aime
22 juillet: comment peut-on ne pas sourire devant un enfant?

19 juillet: suis tombé dans la figure à moi - mon fils
18 juillet: j'ai l'impression de faire partie d'un tout. mais lequel?
17 juillet:quand on a touché le fond, il reste le fond de soi à explorer
16 juillet: pffff
15 juillet: je n'ai rien à dire aujourd'hui, non que je ne pense pas, mais plutôt que la pensée va trop vite pour la traduire - Erin
14 juillet: quand tout le monde est parti, il reste les amis - Quelqu'un de bien
13 juillet: La vie est un baiser. Et quel baiser! - Erin

12 juillet: "on ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux" -Saint Exupéry
11 juillet: j'ai découvert une nouvelle addiction: l'écriture - Erin
10 juillet: dors, dors, dors sur tes décisions, ne prend jamais une décision avant d'avoir dormi dessus - Erin
9 juillet: je suis là et bien là - Erin
8 juillet 2011: ça devrait être interdit d'être malheureux - Erin
8 juin2011 : "On a divorcé d'un commun accord, mais tu étais plus d'accord que moi" - un comique dont le nom m'échappe