Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 18:55

Pourquoi les gens se croient-ils obligés de vous insulter en voiture? Parce qu'ils savent qu'ils ne vous verront plus jamais de leur vie?

Pourquoi certaines femmes se sentent elles bien à envoyer des insultes à d'autres, juste par ce que l'autre passe dans la rue à côté d'elle?

A la plage, pourquoi ces femmes envoient-elles des insultes gratuites, se cachant derrière une foule?



Se rendent-ils/elles comptent que leurs propos peuvent blesser? Oui? Si c'est le cas, pourquoi vouloir blesser quelqu'un qu'ils/elles ne connaissent ni d'Eve ni d'Adam? Qu'ai-je fait à ces personnes pour qu'elles déversent leurs flots d'incivilités sur moi? Ne pas répondre est encore la meilleure des défenses, laisser couler le flot d'inepties relève de l'attitude la plus adaptée.

Et je précise que la plupart du temps, ce sont des femmes (une fois sur cinq). Avec une véhémence comme rarement j'en ai vu dans ma vie face à des inconnues non imbibées d'alcool.



Si ces dernières ne se rendent pas compte qu'elles peuvent blesser, je peux comprendre, pour avoir eu des comportement inappropriés parfois. Je n'ai juste pas eu de chance alors, ces derniers temps, de croiser en 5 secondes, les harpies les plus véhémentes de mon lieu de repos.



Je laisse couler mais je me demande bien ce qui motive l'être humain à blesser intentionnellement. Jamais, au grand jamais, je n'ai blessé à dessein. Ma maladresse et mon inconscient ont pu faire le reste.

Je sais par ailleurs que tout être humain a un mécanisme de défense, il fait ce qu'il peut. Mais là, vraiment, je sèche. Ou alors c'est purement de la méchanceté? du racisme? de la jalousie? Je ne sais pas. En tout cas, heureusement que j'ai fini par apprendre à être hermétique quand il s'agit de personnes qui n'ont rien à voir avec la choucroute. Sinon, l'Erin de jadis serait allée à la rencontre des personnes à pied (oui, en voiture, les mots sont vite lachés et disparaissent avec les bruits de moteur) en demandant où est le problème qui les préoccupe... pour se faire manquer de respect de plus belle sans raison. Oui, j'ai changé. Ces remarques ne me touchent plus. Et je ne vais plus au devant des ennuis inutiles, je ne vais plus vers les pollutions.



Mais elles m'attristent pour celles et ceux qui crachent leur mal être aux innocents. Elles m'attristent pour celles qui prennent les choses à coeur, comme j'ai pu les prendre à coeur à une autre époque.



Pauvre monde.



Erin

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 21:45

Ce charmant là est allé jusqu'à dire à Belle au Bois: je suis affectivement plus mature que toi. Waow!!!!! Voilà, Belle au Bois est subjuguée par cette maturité là. Belle au Bois se savait en quête de maturité, oui, c'est vrai. Belle au Bois a une petite idée de ce qu'est la maturité affective, pour avoir été une adolescente de l'amour. Elle s'est aperçue que la maturité ne réside pas dans l'âge. Elle réside aussi dans le fait d'assumer ses erreurs, de ne pas les renouveler, de se remettre en question.

Belle au Bois se demande si ce charmant là est capable d'entendre que de temps en temps le monde entier n'est pas responsable de son malheur. Elle se demande aussi s'il est capable de voir en quoi il peut être acteur des réactions des autres vis à vis de lui. Elle se demande s'il s'est déjà remis en question véritablement, ce charmant là...


Bon, c'est quoi être mature? Aucune idée précise là dessus.

Etre mature, c'est savoir ne pas surrenchérir quand l'instinct dicte la surrenchère. OK, Belle au Bois ne sait pas toujours avaler sa langue, elle a parfois des réactions tellement instinctives de défense personnelle qu'elle s'en aperçoit qu'après. Ou alors, quand elle respire, elle se garde bien de crier tout haut et fort "j'ai été mature, je n'ai pas dit ci et ça, j'ai été mature, je ne l'ai pas traité de tous les noms, j'ai été mature, je ne lui en tiens pas rigueur car personne n'est parfait, j'ai été mature parce que je ne le juge pas, j'ai été mature parce que je suis capable de pardonner, etc." Bref.

Etre mature, quelle expression aberrante!!! Et qui peut prétendre avoir la maturité d'un sage? Le mature l'est de nature, sans qu'il soit nécessaire de le dire. Le mature se voit, se ressent, s'entend, se touche de manière évidente. Mais ce n'est qu'une vague idée.

Affectivement plus mature. Pauvre Belle au Bois pas assez mature. Elle aura tout entendu dans sa belloboisité immature. Elle se console dans une chose: au moins, la maturité arrivera chez elle un jour. Ou pas d'ailleurs. Et puis le plus mature des deux n'est pas toujours celui ou celle qu'on croit. Tout comme le plus fort des deux n'est pas toujours celui ou celle qu'on croit.

On peut être mature pour certains, immatures pour d'autres, dans un domaine et pas dans un autre. Waow! Jamais encore jamais un tel jugement de valeur n'a autant fait rire Belle au Bois.



Rire jaune parce que tout n'est pas faux sur ce plan.

Rire jaune mais rire quand même. Et si le charmant un jour lit ces lignes, je gage qu'il le prendrait mal, par exces de maturité. Il est dont heureux qu'il ne les lise jamais. Sinon, oh malheur pour Belle au Bois, qui, par immaturité, risquerait de s'embourber dans des explications qu'elle n'a pas à donner, car la maturité veut qu'elle n'ait pas à se justifier de ce qu'elle écrit ou non, de ce qu'elle pense ou non. Le problème est qu'elle écrit ce qu'elle pense. Elle ne devrait pas. Belle au Bois, arrête d'écrire alors. OK, elle va y réfléchir. Ou alors Belle au Bois peut aussi écrire des recettes de cuisine, faire un blog d'ikebana, ou un blog sur l'hostilité du Saskatchewan pour les petits pangolins ....


Affectivement plus mature. Et là, en bonne immature qu'est Belle au Bois, Belle au Bois a eu envie de répondre: c'est celui qui dit qui l'est. Mais elle s'est bien gardée de le faire... pourquoi? parce que c'est celui qui dit qui l'est. Et après? c'est encore celui qui dit qui l'est. Belle au Bois rit de son immaturité manifeste que tout un chacun pourrait lui prêter. C'est tellement facile d'être immature selon qui est en face de soi. C'est tellement facile de se glisser dans la peau d'une personne mature aussi...

Mais elle se dit qu'après la maturité d'un fruit, elle n'oublie pas qu'il y a le pourrissement...

A bon liseur: soyez mature quand cela en vaut la peine. Pour le reste, assumez votre immaturité et riez de ceux qui sont tout le temps matures selon leur conception parfaite de la maturité... eux vieilliront prématurément plus matures que n'importe lequel d'entre vous qui n'aura aucun regret de s'être comporté en immature. Comme ça fait du bien d'immaturer, de régresser!!! Et que celui ou celle qui ne voit pas que lorsque vous immaturez (note du traducteur: êtes dans une phase d'immaturité), celui ou cell-là pourrait entrer dans le jeu de l'immaturité, pour se laisser aller à vivre pour de vrai à deux, à quatre, à huit, à vingt-six, par exemple à l'occasion d'une soirée où vous oubliez tout, que celui ou celle qui ne voit pas cela passe vraiment son chemin et trouve la maturité chez les autres, les matureurs les vrais de vrai. Quand on est fun, on est fun. Mais cela ne fait pas de nous des immatures. Enfin, je ne crois pas. Mais c'est une façon de voir. Etre fun, c'est la soupape qui empêche de sauter d'une falaise quand tout le monde vous voudrait mature... Etre fun, c'est ce qui vous permet de savoir si vous êtes vous même ou si vous faitess semblant d'être quelqu'un d'autre. Et si vous devez être quelqu'un d'autre, alors autant pourrir sur place. A force de maturité avant l'heure, à force de maturer, nombre d'hommes et de femmes pètent un cable à la quarantaine, à la cinquantaine, pour savoir qui ils sont... et se cherchent pendant longtemps....Mais ce n'est que le point de vue de Belle au Bois, immature par excellence.

Personnellement, Belle au Bois en a assez de faire ce que les autres attendent d'elle si ce n'est pas Belle au Bois qu'ils attendent au tournant; et là, ils ont bien raison d'aller maturer ailleurs. Personne ne la maturera, elle s'est assez maturée toute seule comme une grande pour se laisser entendre dire un jour: tu n'es pas assez mature aujourd'hui. Non mais! T'es qui, toi? D'où tu me connais? Tu vois 2 "immaturités" et tu catalogues? Et là, tu crois que tu sais à qui tu as à faire? Laisse moi rire. Belle au Bois est Belle au Bois.

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2014 4 25 /12 /décembre /2014 17:36

Perle: Mon acteur n'a pas mis longtemps à me remplacer.

Belle au Bois: c'est à dire?

Perle: c'est à dire qu'il a trouvé une autre perle.

Perle: je suis certaine qu'il m'a remplacée. Il est plus heureux sur ses posts.

Belle au Bois: et alors? ça ne veut rien dire. ça veut dire quoi: "il est plus heureux"? N'importe quoi. Il est paumé plutôt, tu ne crois pas?

Perle: si, je le connais, il m'a remplacée il y a 2 semaines. J'en suis malade.

Belle au Bois: (oui, j'imagine comme tu as mal, je ne sais pas quoi te dire; c'est juste que ton ego ne le supporte pas) Qu'est-ce que tu entends par là?

Perle: j'entends que j'ai toujours des sentiments pour lui. Ce n'est pas une question de durée de la relation. J'entends que ça me fait mal. Je ne supporte pas qu'il puisse ne plus penser à moi. j'entends que moi je pense à lui tout le temps et qu'il me manque et que je repense à nous toute la journée.



Belle au Bois: j'entends. Votre relation était tout de même un peu ... artistique. je sais qu'il est compliqué de désaimer.

Perle: Il s'en sort très bien, je ne lui manque pas.

Belle au Bois: tu ne peux pas le savoir. Tu ne peux pas dire cela, et quand bien même te l'aurait-il dit? Que veux tu qu'il te dise d'autre? Evidemment, il ne va pas te dire: je suis malheureux, tu me manques ma Perle. J'en ai trouvé une autre mais tu me manques. Evidemment, dans son intérêt comme dans le tien, il vaut mieux que tu l'imagines heureux. Et de cette manière la coupure sera plus franche. déjà, cette histoire d'utiliser mon profil je passe, mais franchement, couper et couper est vraiment la meilleure des thérapies. Et j'ajoute que parfois, chasser un amour par un autre peut avoir du bon. Il a peut-être raison.

Perle: tu me dis ça, toi qui prône de se retrouver avec soi-même, de prendre le temps de prendre du recul? Je ne comprends plus rien.

Belle au Bois: il y a un temps pour tout. (chacun sa façon d'oublier l'autre, chaque histoire est différente, mais ce qui est certain, c'est que chacun d'entre vous doit oublier la relation, moi je prends du recul d'autres font autrement, la leur ne me convient pas à moi. Mais elle peut convenir à beaucoup de personnes. Peut-être à toi, Perle, qui a tant besoin d'être rassurée) Je dis que parfois, se plonger dans une autre relation peut être un pansement. Le tout est de le reconnaître. C'est peut-être le cas de ton acteur. Je ne le connais pas, mais je te connais, le mieux reste que tu te dises en effet qu'il en a trouvé une autre, cela t'aidera à mieux passer à autre chose.



Perle: Je n'ai pas envie de passer à autre chose

Belle au Bois: je crains que tu n'aies pas le choix. ça viendra en temps utile.

Perle: Si, bien sûr que j'ai le choix. Et ça ne viendra pas, je vais ruminer et ruminer, me terrer dans un trou

Belle au Bois: mais oui, bien sûr. Magnifique idée, vas-y, fais le et préviens moi quand tu seras sortie de ton trou. Tiens, tu sais quoi? Et je t'apporte des nuts et de l'eau, on se revoit à la fin de l'hiver.

Perle: j'ai juste envie de pleurer et pleurer encore.

Belle au Bois: (je sais ma poulette) pleure, pleure et pleure encore. Un jour ça s'arrêtera. Le déluge n'a duré que 40 jours. Pleure, pleure, pleure et mange un peu. Pleure, pleure et appelle moi, pleure, pleure et va courir, pleure, pleure, et occupes toi de toi.

Perle: je sais tout ça, j'ai changé de coiffure, de fringues, de parfum. Lui, il a changé de femme.

Belle au Bois: toi, tu changeras quand tu l'auras décidé. Le douleur est toujours là, et tu as le droit. Mais n'en parle qu'à peu de personnes. Sinon, tu te complairas dans ton terrier mis en vitrine. Il vaut mieux qu'un jour tu en sortes et qu'on soit juste devant pour t'acceuillir. Une phase existe, celle du je veux rester dans mon terrier sans personne, personne ne m'aime, je désespère, mais toi tu ne comprends pas, mais il me manque trop, mais comment je vais vivre sans lui et toutes les joyeusetés du genre, une phase comme celle là, nous en avons tous et toutes. Toi, tu sais déjà que tu veux rester dans ton terrier. C'est pratique un terrier: on le connaît bien, c'est chaud et confortable de rester dans un terrier. Surtout quand l'hiver approche. Là, tu as juste besoin de passer l'hiver. Le terrier a ceci de beau et d'utile: tu peux toujours t'y réfugier. Et sans que personne ne le sache forcément. Alors vas-y.

Perle: Je vais pleurer si fort que la terre entière sentira les soubressauts de mes sanglots.

Belle au Bois: heureusement dis donc! Sinon, comment saurons-nous que tu ne pleures plus? Pleure le plus fort possible, de sorte que nous puissions être là au besoin, de sorte que tu sois assurée de notre soutien.



Belle au Bois: Perle, j'ai trouvé, plutôt que de passer de l'état humain à l'état larvaire, comme j'ai cru le faire à une époque, je te propose de transformer ton expérience. En fait, je pense que nous pouvons passer de l'état humain à l'état hérivache! Un rongeur-ruminant dans un terrier pendant un laps de temps suffisant pour actionner un processus de production. Ainsi, pendant que tu rumines, dis toi que tu produis du lait en même temps. Une fois le lait produit, nous pourrons le boire. Et il servira à nourrir nos vécus, à transformer nos cellules, tes cellules pour mieux réagir la prochaine fois. Il servira à apprendre davantage sur la vie. Oui, c'est super, ma Perle, va ruminer dans ton terrier, j'aime l'idée! Et quand tu en sortiras, tu nous diras ce que tu en as appris?! Ou tu ne nous diras pas, mais tu auras appris. Il s'agira de rechercher ce que cela t'a apporté, cette rumination. Et ce que la relation t'a apporté aussi?.

Perle: c'est agaçant cette dérision! ça n'apporte rien, et la relation ne m'a apporté que le fait d'être paumée.

Belle au Bois: non, ce n'est pas de la dérision. Au contraire, je mets en image ce que tu peux ressentir, et crois moi, en ressortant de ton terrier, c'est bel et bien quelque chose de productif que tu auras accompli. Quelque chose de productif pour toi. Tout ce que tu fais te sert. Toute relation a un sens aussi. Toute relation t'apporte quelque chose de positif, toute retraite en terrier aussi. Si tu penses que c'est ce que tu as de mieux à faire, fais le et dis moi ce que tu en as retiré. C'est loin d'être de la dérision. Merci de vouloir te terrer dans ton terrier, ma perle! Tu vois que c'est toujours utile!

Perle, gentille petite hérivache, lorsque tu sortiras de ton trou, je serai là. Et on ira boire un coup chez madame Andrée, et puis nous referons le monde, ok? Terre toi si cela te fait du bien, terre toi si c'est la seule solution pour le moment. Je me suis tellement terrée longtemps que je comprends. J'ai moi-même été une hérivache. Et je le redeviens encore, sans que personne ne s'en doute. Et puis un jour on revoit le jour. Un jour on relativise et un jour on oublie. Ou du moins, un jour on passe à autre chose. Je n'arrive pas à croire que c'est moi qui écris cela aujourd'hui. Et ce délire d'hérivache n'est peut-être pas si ridicule. Mais évidemment, ça ne veut rien dire pour les autres. Disons que je comprends ce que j'ai vécu pendant des années. J'imagine que les zèbres comprendront aussi.

Erin

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 05:22

Je ne l'avais pas vu depuis 20 ans. Nous ne nous sommes pas trouvés changés. Tu es toujours aussi élégante, Erin. Et toi, tu es toujours aussi charmeur, Lenny. On s'est raconté nos vies en une heure. Des vies opposées mais pas tant que cela. Une heure, c'est largement suffisant, finalement. Car les résumés sont les mêmes: des hauts, des bas, des périodes de doute, de réflexion, une recherche de soi, une recherche de sagesse, des erreurs, des fiertés. Et le courage de continuer quand même. Pour eux.

Deux phrases que je retiendrai de cette conversation d'extraterrestres:

"C'est lui ton petit bonheur, Erin"

"On ne refait pas sa vie, on la continue, Lenny"

Erin

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 19:11

Au bout d'un moment, j'ai fini par ne plus être obsédée par l'autre, j'ai fini par oublier, j'ai fini par ne plus chercher à connaître sa vie. Elle ne m'intéressait plus. A un autre moment, je scrutais toute nouvelle, même indirecte, venant de l'autre, à l'affût d'une information dont j'aurais pu déduire telle ou telle supposition. Ridicule que cela. Oui, c'est bien le mot. Lorsque l'autre ne donne plus de nouvelles, on se raccroche à n'importe quoi.

J'avais même créé un profil facebook bis. Oui, oui. Ridicule, vraiment!!! Aujourd'hui il sert aux copines. Tout aussi ridicule! N'importe quoi!!!!!!

Mais enfin les amies et amis, arrêtez votre délire!!! Quand c'est fini, c'est fini!



Oui, je peux le dire, moi aussi, aujourd'hui.



A l'heure où je m'apprête à donner le pire conseil à une amie, alors que je devrais lui dire "stoppe tout ce n'est pas celui qui te faut " mais ce n'est pas ce qu'elle a besoin d'entendre, elle a juste besoin d'être soutenue, alors, à l'heure où je m'apprête à lui dire: si c'est par ce chemin que vous deviez passer, alors je suis heureuse pour toi, je le dis tout de même à qui veut bien lire: quand c'est terminé, c'est qu'il valait mieux que ça soit terminé. Et pour tout le monde. Sinon, aucun ne vivrait ce qu'il ou elle a à vivre. La vie est vraiment magique. Magique est bien le mot. Il n'y a pas d'autre qualificatif.

Quant à une reprise des années après? Ma foi, rien n'est exclu. Nous ne sommes jamais les mêmes après des années, après quelques heures de route supplémentaires...



Mais tout de suite après une rupture? Non de non. Et encore non. arrêtez de vous morfondre, stoppez là les frais, c'est le mieux que vous puissiez faire pour vous même. Cessez votre comportement que beaucoup qualifieront de ridicule. Comme je l'ai écrit au début. Et si je l'ai écrit, c'est pour que vous puissiez cesser d'être la risée de ceux à qui vous pouvez raconter ce que vous faites pour avoir de ses nouvelles. Eh, oh!!! Réveillez vous!!! Tout le monde n'est pas bienveillant! Tout le monde ne vous dira pas: c'est normal, tu dois faire tel chemin. Alors chut!

Si vous faites ci ou ça, surtout taisez vous. Ou alors ne le faites pas. Vous risquez de vous décrédibiliser. Y compris à vos yeux, à un moment où vous n'en avez certainement pas le besoin.

Vous risquez aussi que cela arrive aux oreilles de l'autre. Et là, horreur!!! Avec une envie de se terrer dans un trou de souris. Alors je l'écris: cessez de chercher, cessez tout ou taisez tout. Tout le monde n'a pas besoin de savoir que vous avez créé un blog (lol, n'est-ce pas? ne parle-je pas en connaissance de cause??? OK? Alors???!!!!)

Tout le monde n'a pas non plus besoin de savoir vraiment comment se passe ou s'est passé votre divorce, ni votre remontée de pente ou votre descente aux enfers. En vrai, très peu de personnes s'en préoccupent. Même les amis peuvent s'en désintéresser! Oui, oui! Et encore oui!

Quant à vos nouvelles rencontres!!! Vous pouvez être attirant (e), souriant (e), et tout le toutim, si vous vous rendez compte que la personne pose 5 fois une question où votre réponse n'a pas été entendue, de deux choses l'une: soit en face on ne vous écoute pas, soit en face on vérifie que vous dites la vérité. Donc ça ne sert à rien de continuer à discuter avec la personne d'un autre sujet que ce qui l'intéresse. En l'occurence votre .... je vais dire poliment.... silhouette. Quand vous essayez d'aller vers un sujet aussi profond que la question a l'air de paraître (du style: et comment vis tu ce divorce? ou comment te sens tu après ton divorce? ou te sens tu prêt à revivre quelque chose avec quelqu'un etc.) et que vous ne constatez pas de répondant, alors laissez tomber. C'est que vos états d'âme n'intéressent pas. Et là, là précisément, vous prenez un risque d'impression de ridicule énorme. Et pas des moindres, car une étiquette vous sera collée à tout jamais chez ceux que vous aurez rencontré(e)s, vous n'y pourrez rien, elles(eux), n'y pourront rien. Alors il vaut mieux se taire sur ces états d'âme là. Et en particulier sur votre petitesse de recherches d'informations à droite ou à gauche. N'amusez pas la galerie avec vos erreurs.

Moi j'en ai fait les frais un jour. Si ça pouvait vous éviter ça à vous aussi...

Mais j'ai bien peur que non. Car vous aussi devrez en passer par là si vous le faites..


Et j'espère que ça vous passera plus vite que ça m'est passé à moi. Avec le recul, je me suis trouvée tellement ridicule. Je comprends les discours peu bienveillants que j'entends aujourd'hui pour d'autres et que j'essaie de tempérer à ma façon au sujet de connaissances communes, pour les avoir "testés" sur moi même, par moi même, en moi même. Et je ne voudrais pas que cela vous arrive. La bienveillance n'est pas partout. Même si vous avez besoin d'en parler. Parlez en à bon escient. Pas à qui passe par là. Surtout pas. Et encore moins pour savoir quoi que ce soit. Ou pour qu'elle(il) apprenne tel ou tel étadam. Parce qu'à ce stade là, ça n'est pas de la stratégie, c'est de la bêtise!!!!



Certains jouent la stratégie du "silence radio" volontairement, il y a un nombre incalculable de blogs, sites, voire formations en tout genre pour récupérer l'être aimé!!! OK, ça s'entend. Mais la votre? c'est quoi? Rien de stratégique dans le fait de se plaindre. Ni rien de stratégique dans le fait de contacter la voisine de sa boulangère ou de son fleuriste! ni de lui raconter votre soirée. ça vous avancera à quoi??? Rien. Rien de stratégique dans le fait de vous morfondre non plus ou de vous "donner en spectacle" pour que l'autre le sache. Non, non, non. Stop.

Si l'autre a tourné la page, laissez la page se tourner. Vous n'y pouvez rien. Et tant mieux. Si cela doit se passer dans le sens que vous souhaitez, cela se fera sans vos.... excusez moi du peu... jérémiades!

Mes amis avaient raison: couper tout même si c'est difficile. Parce qu'un jour ça ne sera plus difficile. quelle que soit l'issue. En principe.




Erin




PS: merci les amis, ceux qui ont une vague idée de ce dont je parle. Peut-être parce que certains sont plus "sages" que d'autres, ou ont "dégusté" davantage que d'autres, ou parce que vous savez. Et parce que maintenant je sais. Euh? Je sais? bref, je ne sais rien, mais je ne referai plus les mêmes erreurs désormais.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 18:28

-Maman, j'ai vu un moustique qui béconnait et je l'ai tué!

-Que me dis-tu mon chéri?

-J'ai vu un moustique qui béconnait et je l'ai tué! paf!

-Oui, j'ai entendu que tu as tué un moustique. Mais que faisait le moustique?

-Il béconnait.

-Que signifie béconner?

-Tu sais, les abeilles, elles butinent, tu es d'accord?

-Oui mon chéri

-Eh bien, les moustiques, c'est pareil, mais ils béconnent.

-Tu peux m'expliquer un peu plus?

-Oui, ils butinent le sang des humains, donc ils béconnent.

-Mais d'où vient ce mot mon coeur?

-Ben je trouvais pas de mot pour dire qu'ils butinent les humains, alors j'ai inventé le mot "béconner".

OK. J'ai compris, c'est logique. Les moustiques béconnent.

Mais c'est vrai, ça. Si les abeilles butinent, les moustiques, que font-ils? à part nous embêter? Ils béconnent. Evidemment.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 19:12

Je lui ai montré une photo d'une petite fille toute seule en Syrie, dans une ville dévastée. Et je lui ai demandé ce que cela lui inspirait. Il m'a répondu: maman, cette petite fille, elle est toute seule, elle n'a plus de papa ou de maman, elle n'a plus de famille et sa maison a été détruite.

Oui, c'est possible mon fils.

Pourquoi?

Parce que son pays est en guerre. Et quand les soldats font la guerre, parfois, il ne font pas attention aux gens qui ne font pas la guerre.

Pourquoi?

Parce qu'ils ont été formés pour tuer sans se poser de question.

Et peut-être qu'ils rêvaient d'être soldats quand ils étaient petits et qu'ils ne savaient pas?

Peut-être, oui.


Mais maman, on a vu des soldats l'autre jour; ils sont là pour nous protéger, non?

Oui, certains, mon chéri. mais quand il y a une guerre, on ne peut pas être sûrs qu'il n'y aura aucun blessés, surtout s'il y a des bombardements avec des avions qui lancent des bombes.

Maman, je comprends pourquoi tu ne veux pas que je joue à la guerre. C'est trop grave.

Oui mon chéri, c'est trop grave ce qui se passe quand des pays se font la guerre. Et là, ce n'est pas pour de faux. C'est ce qui se passe dans le monde.



Maman, je ne peux pas aider cette petite fille parce qu'elle est dans son pays et que moi je suis loin. Mais je ne veux plus jouer à me battre. Mais s'il faut défendre ceux qui nous attaquent, moi, je nous défendrai pour de vrai, maman, t'inquiète pas. Je m'entraînerai pour nous défendre et empêcher les guerres comme celle là.

La photo était choc, saisissante de tristesse et de malheur. Si seulement nos enfants voyaient tous une photo de ce genre et prenaient conscience de tout cela...
Je refuse que mon fils regarde les informations tant elles sont violentes. Mais devant son insistance à vouloir jouer à la guerre, sur l'influence de ses copains d'école, plutôt que de lui interdire tout net de jouer à la guerre, j'ai préféré montrer les désastres de la vraie guerre, dans la vraie vie. Pour qu'il comprenne un petit peu. Evidemment, pas de sang ni de chairs écartelées sur la photo. Juste une petite fille qui pousse une poussette dans un cadre sinistré. C'était mon moyen à moi de lui dire ma répulsion pour la violence, avec explication.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 17:42

Oui, parfois la vie est dure. Oui, il peut sembler à certains que c'est plus facile pour les autres. Peut-être. mais les autres ne seraient certainement pas capables de supporter ce que les uns supportent. Si quelque chose de difficile t'arrive à toi, c'est que toi, tu peux le supporter, c'est que toi, tu as les épaules pour. Pas les autres. Les autres ont des périodes à supporter que tu ne pourrais certainement pas supporter, toi.

Vraiment, rien n'est insurmontable pour celui ou celle à qui les événements arrivent.

Je ne parle pas de la Syrie et des hommes, femmes et enfants qui vivent des guerres et atrocités. Je n'ai pas d'explications à ce qui leur arrive. Si ce n'est la bêtise humaine et l'oubli de l'amour dans le monde....


Non, là, je parle de choses parfois anodines, voire plus terre-à-terre mais qui peuvent prendre des proportions terribles pour certains. Je parle aussi d'incidents lourds de la vie, maladies, deuils, séparations, trahisons, et autres joyeusetés dont nous nous passerions bien. Je reste persuadée que ces incidents lourds sont les notres parce que nous seuls sommes capables de les surmonter. Et ainsi de suite. Jusqu'à ce qu'on comprenne pourquoi. Car un jour on comprend pourquoi. L'évidence ne saute pas aux yeux, mais rien n'arrive par hasard. Personne ne passe dans la vie de personne par hasard. Personne ne fait rien à personne par hasard. Et personne ne souhaite foncièrement du mal à personne. C'est juste que notre complexité n'est pas encore comprise par nous-mêmes. Elle est ou sera peut-être comprise lorsqu'une finalité sera atteinte. Un projet, une guérison, une rencontre, un nouveau départ, que sais-je?


Oui, je l'affirme: si cela t'arrive, c'est que toi, tu peux le vivre. Et presque, tu dois le vivre pour pouvoir vivre ce que tu as à vivre, à apprendre de toi-même, pour pouvoir poursuivre ton cheminement vers ce qui t'attend. Tu as quelque chose à comprendre un jour ou l'autre. Et ce jour arrive un jour. J'en suis persuadée. Pour toutes choses. Nos décisions sont celles qui nous mènent où nous sommes aujourd'hui, nos actes sont ceux qui nous mènent où nous sommes aujourd'hui, car nous avons à suivre un cheminement personnel. Le hasard n'est pas le hasard. Alors, qui? Dieu? Peu importe qui, quoi, comment, pourquoi et dans quelle étagère. Le tout est de savoir que nous avons des choses à faire sur cette terre, et nous devons comprendre quoi. Et les événements, incidents, joyeusetés, quels qu'ils soient, qui traversent notre vie y participent pleinement. Qu'on le veuille ou non.


Ce n'est pas un délire complet que d'écrire cela. Je l'ai appris à mes dépens, je l'ai vu sur moi-même, sur mes proches. Je ne généralise pas, mais je vais me répéter malgré tout : si, quelle qu'en soit la raison, tu dois vivre ce que tu es en train de vivre, alors c'est que c'est à toi de le vivre, parce que tu es le/la seul/e à pouvoir le vivre, et a fortiori surmonter s'il faut surmonter, survivre s'il faut survivre, abandonner s'il faut abandonner. Personne ne ferait mieux que toi dans la même situation. Tu fais ce qu'il faut pour toi. Et les tiens. Si cela t'arrive, c'est que tu peux le faire.

Erin

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 21:04

je ne sais pas que penser de cette phrase.

Oui, il y a d'autres poissons dans la mer. Mais franchement, prendre le bateau, sortir les filets, se jeter à l'eau, ramener le poisson.... tout cela ne me plaît plus du tout.

ça demande beaucoup d'énergie et les poissons dans les filets ne sont pas forcément à mon goût. Alors je fais quoi?

Je crois que je vais redevenir végétarienne. Et si une envie de poisson me prend, je regarderai les photos ou les vidéos de plongée sous marine? Bof aussi.

Beurk le poisson. Et c'est tout. Et si les poissons qui retournent à la mer cherchent des filets.... ils sont bien amnésiques pour retourner dans d'autres filets. De toute façon, moi je ne jette plus les miens.

Je m'en vais retourner à des plaisirs plus simples qui ne demandent pas de se lever aux aurores et de passer son temps à repriser des filets. Lesquels? Le jardinage bien sûr! En particulier des fruits bien juteux et que je fais murir à point. J'aurais du miel à revendre. Et on n'attire pas les poissons avec du miel. Zut, on attire les ours. Ou les abeilles. Bon, ça va pas non plus.

Il me reste à cultiver des graines bio. Ah non, là c'est tous les bobos et pseudos rastas qui viendront frapper à ma porte.

Bon, ok, je laisse tomber la pêche, le jardinage, la ceuillette. Je continue à chercher alors?

Ben non, ça commence sérieusement à m'ennuyer cette histoire de cultivateur. J'ai dit que je ne cultive plus de ronces. Et que je ne bâtis plus de forteresse. Ben il reste quoi alors?

Aimer peut-être?

Allez, je vais essayer

un jour

peut-être

OK. Mais qui dans ce cas là? Je tourne en rond. Je vais quand même pas aimer n'importe qui?!!! Si?

Je vais aimer n'importe qui, si c'est pas lui, ça peut être n'importe qui?

Beurk n'importe qui.

Bon, alors quelqu'un de génial. Ben oui, mais ça n'existe pas. Plaît-il? Je vais le trouver.


Non. Il va me trouver. S'il est si génial que ça, il me trouvera. Surtout à l'autre bout du monde où je m'exile.

Voilà, il me trouvera.



S'il prend trop longtemps? Eh bien, tant pis, nous chasserons les araignées. Faut que j'aille acheter du vinaigre. Ben quoi? Où est le problème?

Erin

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 07:57

Les contes de fées ont une vraie signification. Seul un "prince charmant" dépasse les ronces, les forteresses, les dragons. Il faut beaucoup de courage dans les contes. Les dragons et protecteurs de princesses ont une vraie signification;

Dans la vraie vie, il faut de la patience et du courage aussi. Je suppose qu'il faut être armé aussi. Mais le chevalier doit apprendre à se battre contre les ronces et pas contre la Belle. Parce que la Belle reste belle et cette bêtise de true love's first kiss n'en est peut-être pas une au final. C'est une belle métaphore pour indiquer que l'amour se mérite, tout simplement.


Souvent on confond la princesse et le dragon, la forteresse dans laquelle elle est enfermée ou même les ronces qui l'entourent. Non, ce sont les processus, les mécanismes et les croyances qu'il faut combattre. Et cela n'est jamais naturel de combattre tout cela. Cela s'apprend. Tout chevalier qu'est un homme, s'il n'a pas compris que ce n'est pas la princesse qu'il faut combattre mais le reste, il n'y arrivera pas. Si la princesse a développé un passage secret pour venir la rejoindre, il ne faut pas oublier que le dragon et les ronces sont néanmoins là. Et le dragon peut devenir encore plus méchant s'il se rend compte qu'un chevalier est passé sans qu'il n'ait pu jouer son rôle. La forteresse a pu être volontairement ouverte par la princesse. Les ronces coupées ou désherbées. A la bonne heure. Mais le dragon????? Celui-là se met en colère parce que son rôle premier est de vérifier la bravoure du jeune homme. Si la princesse le déjoue, elle oublie qu'il jouera son rôle malgré tout, quitte à entrer dans le chateau. Et là, ce que la princesse prenait pour le prince qu'elle attendait, n'a d'autre choix que de prendre ses jambes à son coup. Et il a raison, parce que ce dragon fâché, c'est à dire, la dernière défense de la princesse, celle qui doit la sauver contre tout danger, voit un danger encore plus grand quand le prince est dans le chateau. Il n'a même pas eu l'occasion d'éprouver sa bravoure. Si ça se trouve, le princesse a creusé ce tunnel ou passage secret en toute naïveté, car les princesses sont naïves. Oui, les femmes sont naÏves, qu'on se le dise. Elles ont des étoiles dans les yeux pour peu qu'on en envoie... Messieurs, arrêtez d'envoyer des étoiles dans les yeux des femmes. Parce que son dragon vous rattrapera si vous n'en êtes pas digne. Et un dragon, c'est féroce, un dragon, c'est digne des pires blessures. Messieurs, méfiez-vous des dragons que vous ne voyez pas. Et surtout, si vous avez l'intention d'envoyer des étoiles, faites en sorte que ces étoiles soient vraies, que votre coeur soit sincère et que sous votre propre armure, vous soyez sincère et prêt à aimer quoi qu'il arrive.

Par ailleurs, le fait d'enfermer une princesse dans un chateau pendant un temps indéterminé a une véritable signification. Une femme ne se révèle princesse que pour celui qui la mérite. Et pour se révéler princesse, il y a l'adolescence, et toutes les parts d'ombres et de doutes qui vont avec. La latence du corps féminin avant de découvrir qu'on est devenue une femme. Idem pour les princes: l'adolescence représente cette quête et ces combats contre n'importe quoi. Ces n'importe quoi sont symbolisés par des ronces, des marres de boues, des dragons, des ogres, des sorcières, des trolls, etc. Pourquoi les hommes restent-il fascinés par les contes de fées? parce que quelque par, au fond d'eux, ils cherchent à comprendre leur vie.

L'armure du prince a elle aussi une véritable signification: cette armure l'aide à passer les épreuves. Y compris celle du dragon. Un chevalier devient un homme si quand une princesse sait mériter qu'il enlève son armure. Oui, oui, j'en suis persuadée.

Et s'il est entré dans le chateau sans son armure, de quelque manière que ce soit, et que son amour n'est pas sincère, le dragon peut blesser fort. Seul un amour sincère l'aidera à guérir des blessures du dragon. Le dragon sait reconnaître les coeurs sincères, mais cela fait tellement longtemps qu'on lui a appris à combattre tout ce qui arrive, cela fait tellement longtemps qu'il n'en a pas vu un, qu'il en a presque oublié. Si le prince parle au dragon, reste calme devant le dragon, il prouvera que son coeur et ses intentions sont pures. Et le dragon sera "apprivoisé". Mais avant d'apprivoiser un dragon, il convient que le chevalier-prince regarde d'abord en face ses propres blessures.... pour voir qu'il n'est pas mort par le dragon! Comme si les dragons faisaient mourir les hommes!?!!!! N'oublions pas que ce sont juste des créatures imaginaires. Oui, imaginaires, tant chez la princesse que chez le prince! Jamais un dragon n'a tué de chevalier et encore moins de prince. Non, c'est le chevalier qui s'imagine avoir été tué par un dragon. Et la puissance de persuasion du cerveau humain est telle qu'il en meurt tout seul.

En vérité, le chevalier touché par un dragon, soit il fait demi tour, se retape les ronces au passage, soit il s'imagine que la douleur infligée par le dragon est insurmontable et meurt.

On en oublie la dernière possibilité: le chevalier se rend compte que ce dragon est une créature imaginaire et comprend qu'il n'est pas mort. Et là, c'est là qu'on voit le vrai coeur pur. Le vrai coeur pur sait que les dragons n'ont jamais tué personne. Le vrai coeur pur sait que les dragons sont les croyances de chacun, et y compris les siennes propres. Le vrai coeur pur de prince sait que le dragon représente les peurs, y compris toutes les siennes.

Ajlala je vais trop trop vite pour structurer ma pensée en ce moment; mais j'ai compris tant de choses!!!!! Et oui, je crois encore en l'amour! il fallait juste que je sorte cela comme ça me vient là, tout de suite, un besoin irrepressible de dire: les contes de fées sont une réalité imagée!!!! Mais une réalité dans nos vies amoureuses.

dès que je peux, je développerai davantage.

Erin.

Partager cet article
Repost0

Qui Suis-Je?

  • : Le blog d'Erin
  • : Une maman solo qui met des mots sur ce qu'on n'a pas le droit de dire, des mots pour ceux qui sont dans mon cas, mais aussi peut-être un peu pour laisser la douleur s'en aller
  • Contact

Mes citations au fil des jours

7 juillet 2012: toutes les premières fois dans un changement sont difficiles. Erin

21 mai: personne ne mérite tes larmes; celui qui le mérite ne te fera sûrement pas pleurer (https://www.facebook.com/pages/Chtit-panneaux)

février: former un couple c'est être deux et ne faire qu'un.Mais lequel? (d'un humoriste très célèbre)

26 aout: ce n'est pas que j'aime avoir raison, c'est juste que j'ai vraiment raison! Si tout le monde pense comme cela, qui a tort?
28 juillet: le bonheur est dans le pré, cours-y vite il va filer. Saute par dessus la haie. Paul Fort
27 juillet: dire à ceux qu'on aime qu'on les aime
22 juillet: comment peut-on ne pas sourire devant un enfant?

19 juillet: suis tombé dans la figure à moi - mon fils
18 juillet: j'ai l'impression de faire partie d'un tout. mais lequel?
17 juillet:quand on a touché le fond, il reste le fond de soi à explorer
16 juillet: pffff
15 juillet: je n'ai rien à dire aujourd'hui, non que je ne pense pas, mais plutôt que la pensée va trop vite pour la traduire - Erin
14 juillet: quand tout le monde est parti, il reste les amis - Quelqu'un de bien
13 juillet: La vie est un baiser. Et quel baiser! - Erin

12 juillet: "on ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux" -Saint Exupéry
11 juillet: j'ai découvert une nouvelle addiction: l'écriture - Erin
10 juillet: dors, dors, dors sur tes décisions, ne prend jamais une décision avant d'avoir dormi dessus - Erin
9 juillet: je suis là et bien là - Erin
8 juillet 2011: ça devrait être interdit d'être malheureux - Erin
8 juin2011 : "On a divorcé d'un commun accord, mais tu étais plus d'accord que moi" - un comique dont le nom m'échappe