Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mai 2019 5 03 /05 /mai /2019 20:38

Non, ce soir je reste tranquille merci je ne sors pas.

Non on déjeunera ensemble un autre jour, j’ai une réunion avant et après.

Non mardi prochain non plus j’ai quelque chose de prévu.

Non demain je ne peux pas; une prochaine fois?

 

...

 

Ces phrases sont mes remparts. Elle me protègent certainement des risques d’épanchements. Ceux qui dérangent. Ceux qui laissent impuissants les autres. Ceux qu’il vaut mieux cacher. Ceux qui cachent mes yeux, ceux qui cachent ma plaie honteuse. Et du reste, ceux qu’on ne veut pas voir non plus. Quand les autres font comme si.

Tout le monde fait comme si. Tout le temps. Parce que.

La misère affective fait davantage honte que la misère financière. Parce que financièrement de l’aide c’est plus facile à donner. Et à demander. Affectivement de l’aide, ça démunit. Et ça ne se demande pas.

Quand on est soi-même démuni, comment peut-on apporter une aide affective? Et oui, c’est vrai, chacun sa misère affective.

Quant à se regrouper les miséreux affectifs, je refuse le principe des réunions façon alcooliques  anonymes.

Quant aux chanceux, ceux du loto de l’amour, ils ne voient pas. Et ne veulent pas envoyer en pleine face leur chance. Chacun sa pudeur.

C’est dit.

Erin pour mezetadam 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 mai 2019 5 03 /05 /mai /2019 12:16

Je voulais te chérir 

De toutes mes forces et de toute mon âme 

Je voulais te nourrir

De toute ma magie sans sorcellerie

Je voulais te guérir 

De toutes tes peurs et de tout mon cœur 

Je voulais t appartenir 

De toute ma fougue et de toute ma flamme

Je voulais te sourire

De tout mon cœur et de toute ma vie

Je voulais nous voir fleurir

De toutes les fleurs et de toutes les couleurs

Je voulais les voir grandir

De toutes leurs disputes et de tous leurs rires

 

Je voulais 

 

 

Je voulais te voir 

De tout mon corps de tous mes bras

Je voulais te sentir

De toute ma peau tout contre moi 

Je voulais t’offrir

Du meilleur pas du pire

Je voulais te découvrir 

De tout mon moi de tout ton toi

 

Je voulais partager 

Je voulais t’aimer 

Je voulais que tu m’aimes

Je voulais que tu m’aides

A y croire plus que vouloir

A le vivre plus que croire

A le faire plus que dire

A rester plus que fuir 

A construire plus que détruire 

A  aimer plus qu’haïr

A rire plus que pleurer

A donner plus qu’implorer

A prier plus qu’à trister 

 

Je voulais qu’on oublie

Nos croyances nos déviances 

Je voulais qu’on oublie

Nos ennuis toutes les nuits

 

 

 

Je voulais 

 

 

Je voulais tout en secret 

Rêver

De révéler 

Cette évidence 

Au delà d’être « madame »

Devenir par essence

Ta femme 

 

Je voulais

 

 

Erin pour mezetadam 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2019 3 01 /05 /mai /2019 05:49

Je m aperçois que les jours où je reste chez moi, où je passe ma journée au lit à ne rien faire existent.

Tu veux faire trop de choses tout le temps; que n’ai-je pas entendu cette phrase...

Oui, ça m’arrive et m’est arrivé de rester à ne rien faire. Ces moments là sont interpellants  chez moi. Comme aujourd’hui.

J’ai tellement eu de moments où je ne voulais rien faire par le passé, obligée à rester chez moi déprimer -les termes sont forts mais à dessein: quand je ne connaissais personne dans un pays inconnu, parce que mes ersatz d’amis étaient les siens par procuration, ma famille n’était même pas la sienne par procuration, oui, c’est un fait, j’etais seule et par obligation. Et oui, je déprimais par essence.

Il m’a fallu un temps inqualifiable et des ressources d’un Rocky Balboa pour bâtir quelque chose à partir de là, dans la période précise où je suis devenue mère, période où l’an construction féminine comme celle de l’enfant, doivent être précautionnées...

Je sais que mon cerveau mon corps mon cœur n’aiment pas reproduire cette sensation. Même lorsque l’eau a coulé et les larmes ont séché. Et même si c’est pour être bien. Cela fait partie de mes composantes de personnalité. Je sais que je ne veux plus jamais revivre cette situation de solitude obligée. Pour moi, mon petit cœur et mon petit cerveau ressentent une inquiétude dès lors que je fais trop « rien chez moi ». Quant à faire trop « rien chez lui », c’est m’amener une décomposition digne de l’exode forcé que j’ai connu: être chez lui et préciser à chaque fois à mon petit cœur et mon petit cerveau que non, tu ne seras pas chassée comme une malpropre indésirable. Rester trop « chez lui à ne rien faire » participe de cette crainte où il aurait fallu que je sache me rassurer moi-même, ou qu’il sache me recomposer. 

Alors non, je n aime pas « aimer rester à ne rien faire » pour cette raison profondément ancrée en moi. Alors que j’aime aimer ne rien faire chez moi quand je suis juste bien avec le composant de couple que je forme. Et j’aurais aimé si une recomposition avait pu s’envisager en conscience. 

Aujourd’hui je suis seule chez moi. Et je n’aime pas. Le contexte est effectivement un contexte de rejet et d’abandon, donc j’accepte ce fait de ne pas aimer la situation. Mais à l'avenir, lorsque tout ira à nouveau pour le mieux dans le meilleur des mondes, si vous me demandez de rester seule chez moi trop souvent, non je n’aimerai pas. Et je chercherai de la compagnie. Vous ne me faites pas l’honneur de la votre? D’autres seront certainement honorés de ma présence. 

Note pour le prochain composant d’un hypothétique futur couple avec ma personne: plus jamais je n’attendrai que le composant se décide à passer du temps avec moi. Le composant composera. Et s’il compose comme moi, tant mieux. S’il m’aide à recomposer. Tant mieux aussi. 

Je donnerai de l’importance au composant qui composera et recomposera avec moi. Pas à celui qui me fera me décomposer, même s’il ne le fera pas exprès -tout le monde n’est pas mon ex-mari Dieu merci. Pas à celui qui m’obligera à courir le risque d’affoler mon cerveau pour rien, et qui va dire : attention, décomposition décomposition meydey meydey on se perd on se décompose à nouveau, activation du bouclier - mais Erin, ton bouclier, couillonne tu lui as donné, on n’a plus de bouclier, opération recroqueville vite vite, pour éviter la décomposition. pas à celui qui exigera de moi ce que j’ai peur de faire, me décomposer. 

Cà demande tant d'énergie -et pour avoir peur- et pour se recomposer- qu’il vaut mieux l’accorder à celui qui aura compris ça.

 

 

Ok ce n’etait pas lui. Allez reste chez toi à ne rien faire. Tiens, ça lui aurait plu de rester à ne rien faire. 

 

Erin  pour mezetadam 

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2019 2 30 /04 /avril /2019 04:10

Alors cette phrase je ne peux plus la supporter.

Oui, bien entendu, le meilleur reste à venir, il vaut mieux maintenant que plus tard, et dans quinze ans je ne me souviendrai même plus de son prénom...

C’est certainement vrai.

Et si ça se trouve tu ne l’aimais pas autant que tu crois. D’ailleurs il me l’a dit lui aussi: “peut-être que toi non plus tu ne m’aimais pas assez”

Là, c’est le pffffffff et le re pfffff

Trop facile de dire “Ben toi non plus”. Ajoute un nananère pendant que tu y es!

Je vous dirai dans 15 ans si je l’aimais pas autant que je crois. Personne ne peut savoir. Êtes vous dans mon cœur pour me dire ça?

Seul le temps le dira. 

J’ai aimé profondément un homme un jour. J’ai cru que je ne m’en relèverai jamais lorsqu’il est parti. Je m’en suis relevée, cela ne signifie en rien que je ne l’aimais pas assez. Et qui dit que je ne serais pas encore à l’aimer s’il était resté? 

Parce que l’amour est un choix. Pas une fatalité. Le désir, l’attirance, le coup de cœur, ok. L’amour, le vrai s’entretient ou meurt. C’est tout.

Il n’y a pas de “pas assez”...

Re pfffff

 

Et depuis quand je fais les choses à moitié? 

Aimer est un choix. Je n’aurai de cesse de le dire et de le tatouer dans les cœurs.

Desaimer est de l’ordre du choix aussi. J’ai fini par faire le choix de desaimer une fois, cela a pris un certain temps.

Je choisirai de désaimer à nouveau quand je serai prête. Je ne veux plus entendre les phrases assassines comme ça. Elles me poignardent dans le dos pendant que je saigne au cœur. Achevez moi pendant que vous y êtes. Je vous aime mes amis mais  vous n’etes pas dans mon coeur. Vous me connaissez et je sais que c’est parce que vous m’aimez, je vous aime aussi. Là soyez juste là. C’est tout. Comme quand votre chéri vous dit qu elle a besoin de réconfort. Soyez là. C’est tout. 

Je sais que ça ira, je sais que je desaimerai. Laissez moi souffrir en attendant. Nier cette souffrance c’est me nier moi toute entière.

Alors oui le Mal pour le Bien, évidemment. Mais pas là, pas maintenant. Plus tard.

Je vais chercher une formule mathématique avec un grand mathématicien pour calculer le temps approximatif nécessaire au désamour. Les paramètres variables sont nombreux mais c’est possible:  la durée totale, les temps de rupture, les temps de bonheur, les temps de croyance, les temps d’attente, créer un coefficient d’investissement mutuel mesuré à partir du nombre de clashs, et un coefficient de bonheur mesuré à partir du nombre de rapprochements charnels de qualité, du nombre de mots gentils mutuels et du nombre d’attentions de chacun. Et autres. Mais ilme faut absolument décortiquer l’histoire. Corticaliser le truc pour comprendre et bâtir mieux.

A Coupler avec les peurs et le passif de chacun, certes. Mais c’est modelisable j en suis certaine. A partir de là, je modulerai les paramètres des prochaines rencontres. Trouver mon algorithme de l’amour.

Je suis très sérieuse. On ne peut plus sérieuse.

Merci de vouloir m’aider mais   arrêtez avec ces phrases. Besoin d’écrire et de peindre, besoin de m’enfermer avec moi-même en tête à tête. Regarder mon face et mon pile. Étudier cette relation comme une historienne, comme une politologue, schématiser comme une scientifique, soigner comme une doctoresse en médecine , pour pouvoir me souvenir comme une conteuse. Vivre comme je le vis. Avancer à ma manière.  

 

J’ai déjà mal donc ça pourra pas faire plus mal. Don t worry. 

Erin pour mezetadam 

 

Partager cet article
Repost0
28 avril 2019 7 28 /04 /avril /2019 05:55

Message à ma petite poupée, belle amoureuse platonique qui attendait de voir son charmant 

« Il ne s’était encore rien passé mais ça m’a fait mal et je suis triste »

Oh ma toute jolie, je vois ton chagrin dans tes yeux. Et ce que tu me racontais me donnait envie d'espérer pour toi que ce soit vraiment celui qu’il te fallait. Tu étais prête à le rejoindre dans son pays, tu ne l’avais pas encore vu, mais tu es tombée amoureuse...

Il est préférable que les choses se passent ainsi. Il a été honnête avec toi. Il n’a pas joué et a rencontré une femme dans la vraie vie, proche de lui. Vous étiez tout de même partis avec un handicap de taille. 

Mais tu as tellement besoin d’aimer et d’être aimée que ce qui aurait arrêté la jeune femme que je connais avec la tête bien vissée sur les épaules a été occulté par la petite poupee rêveuse.

Alors pleure ma petite poupée, si tu as besoin de pleurer. Pleure pour guérir et relève toi, souris, c’est mieux que tu ne le rencontres jamais. Non, si tu peux, ne soyez pas amis. Et puis quoi? Quand tu iras là bas, il te présentera celle qu’il a choisie?

L’amitié n’est pas un lot de consolation. C’est un charmant qui m’a appris ça un jour, et il a raison. Il m’a dit: Erin, moi je veux être celui qui te fait rêver et celui qui sera ta famille. Je ne veux pas être celui qui aura mal parce que l’autre t’aura fait du mal. Je ne veux pas avoir doublement mal. Je t’aime mais si tu m’aimes d’ami, moi je veux t’aimer d’amour. Je t’oublierai car sinon nous serions déjà mariés.

Donc ma belle déçue, pleure et applique cela: ne sois pas l'épaule pour celui qui ne t’a pas choisie. L’amitié est aussi un choix. Et pas un truc qu on propose faute de mieux. L’amitié c’est magique et ça ne se brade pas non plus. Comme on ne tombe pas amoureux de n’importe qui, de la même façon, on n’est pas ami avec n’importe qui.

C’est dit. 

Et quand au fait que tu as mal, ne minimise pas. Oui tu as mal. C’est humain. Et n'écoute pas ceux qui te diront « c’est bon, il ne s’est rien passé, c’est pas grave ». Comme si le cœur tout seul ne pouvait pas souffrir, comme si ressentir dans sa seule chair pouvait amener la souffrance. Ma belle, il n’est pas dit que tu aurais davantage souffert s’il s’etait passé quelque chose de charnel entre vous. Car il s’est passé quelque chose entre vous. Que la chose ait été rêvée, fantasmée ou feintée, il s’est passé quelque chose. Alors n’écoute pas et pleure quand même cette blessure qui m’en apprend sur toi bien plus que n’importe quel autre chagrin d’amour « classique ». Tu es si sensible ma petite poupée de porcelaine. 

Erin 

Partager cet article
Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 09:15

Ma chérie ma belle

tu cherches les signes de son affection pour toi, tu cherches les signes de son amour qu il n’ose pas te dire...

Ils sont là

Là dans ce qu’il ne fait pas, là dans ce qu’il ne dit pas, là dans ce qu’il ne montre pas, là dans son silence...

Ils ne sont juste pas ceux que tu attends

Regarde les bien.

Tu cherches des signes et ils sont là, tu ne veux pas les voir, car ils ne te conviennent pas. Ils t’apporteraient les indices de ce que tu refuses de croire au fond de toi

Ils sont là quand même...

 

 

Quand tu sens que tu as besoin de plus de signes, demandes-toi pourquoi tu as besoin de plus d’indices d’affection...

 

 

Il ne t’offre pas de fleurs. Ok c est un concept, les fleurs mortes c’est triste. Il te pose 3 lapins. Ok, il a été empêché. Il ne te répond pas, ok il a beaucoup de travail. Il n’a pas la force de sortir, ok il est fauché, ok, il est fatigué... Il dort, ok il est fatigué. Il oublie ton anniversaire, ok il est préoccupé. Il oublie de t’appeler, ok il a du gérer des imprévus. Il ne vient pas avec toi à cette soirée, ok il n’a pas envie. Il ne vient pas te voir, ok il habite loin. Il n’est pas là à ta première journée de travail, ok il n’est pas conscient que tu avais besoin de lui. Il ne te demande pas comment s’est passée ta journée, ok il ne se rend pas compte de l’importance de ce rendez-vous. Il ne t’appelle pas le matin, ok il a 36 choses à faire avant d’aller travailler. Il ne te prévoit pas dans ses sorties, ok il a besoin de moments pour lui. Il ne passe pas la journée en rando avec toi, ok il n’est pas sportif. Il ne connaît pas tes amis, ok l’occasion ne s’est pas présentée. Il ne veut pas entendre tes soucis, ok il se sent impuissant face à tes problèmes. Il prévoit au dernier moment votre week end, ok il n’est pas organisé. Il ne te dit pas que tu es belle, ok tu n’as pas besoin de ses yeux pour te sentir belle et ok il n’est pas très branché compliments. Il ne parle jamais de ses problèmes, ok il ne veut pas t'embêter et il est pudique. Il se déconnecte régulièrement quand vous ne vous voyez pas, ok l’accro au téléphone et aux notifications a besoin de déconnexion c’est une bonne chose. Il tond sa pelouse, ok il a un grand jardin dont il faut s’occuper. Il va au cours de peinture sur galet à Saint Germain des Prés, ok c’est une belle activité artistique et créatrice. Il déjeune avec ses collègues, ok c’est important de bien s’entendre avec son équipe. Il doit voir son notaire, ok son appart il faut bien le vendre et c’est le seul créneau de son notaire 19:00. Il doit parler à sa sœur, ok c’est vraiment important la famille. Il va à l'enterrement du jardinier de son ex-Belle-mère, ok il a gardé de bons contacts et compatis. Il prend l’apero avec son vieux pote, ok c’est important les amis. Il s’occupe de son enfant, ok c’est un papa, c’est normal. Il neige, ok personne ne doit prendre de risque quand il neige. Il pleut, ok il fait si beau autant sortir quand il fait beau. Il y a une greve d’essence, il préfère prévenir qu’il ne viendra peut-être pas s’il ne trouve pas d’essence, ok il est prévenant. Il n’aime pas danser et se sent nul de danser ok c’est son droit ça se comprend. Il préfère jouer aux cartes, ok il ne faut pas négliger ses passions. Il ne veut pas que tu l’invites au restau, ok il est fauché et fier. Il a sommeil, ok il travaille trop il faut qu’il se repose. Il n’est pas d’humeur à discuter, ok ça arrive, vous discuterez la prochaine fois. Il change d’avis, ok c’est important de faire les choses quand on les sent. Il n’a pas vu tes messages, ok son tel est déchargé. Il préfère rester seul pour se retrouver avec lui-même, ok c’est une bonne chose de s’introspecter. Il passe la journée en séminaire, ok il apprend et se forme. Il n’a pas le temps de déjeuner, ok c’est juste pas le bon jour. Il ne sait pas s’il a son enfant, son ex-femme a crevé un pneu, ok elle a besoin d’aide. Il ne te dit pas ce qui cloche, ok c’est que tout va bien. Il confond ta jambe avec celle du chien, ok c’est une insensibilité depuis qu’il est petit justement sur cette jambe là. Il ne te prend pas la main, ok il n’est pas habitué. Il te fait un bisou sur la joue, ok c’est tellement d’avoir l’habitude de faire des bisous à tout le monde, ça arrive. Il ne reste pas au petit dej, ok il doit être à l’heure à son rendez-vous important. Il préfère regarder un film tranquille, ok c’est cool de ne rien faire aussi. Il ne laisse pas d’affaires chez toi, ok au moins il n’est pas envahissant. Il ne sait pas si vous passerez des vacances ensemble ni à quelle date, ok c’est trop tôt pour anticiper des vacances d’été un 18 juin. Il a oublié la soirée de Sylvie, ok il ne l’avait pas notée dans son agenda. Il doit couper du bois, ok il faut préparer le rude hiver canadien. Il a plus de doubles de ses clés, ok sa mère, sa voisine, son ex beau-père et le frère de son associé ne lui ont pas rendu leur double. Il arrive avec une heure de retard, ok il y a des impondérables et des bouchons. Il ne te prend pas dans ses bras, ok hier tu as du le contrarier et avant-hier c’est cette clôture qui l’a contrarié. Il n’aime pas être dérangé pour rien, ok tu attendras pour lui annoncer une bonne nouvelle. Il n’est pas sensible à ce que tu fais, ok tout le monde n’aime pas la peinture sur soie. Il n’est pas sensible aux spectacles auxquels tu voudrais aller, ok chacun ses goûts c’est bien d’être franc. Il n’a pas d’argent, ok c’est mieux de faire des économies que de dilapider l’argent qu’on n’a pas. Il n’a pas de vacances, ok c’est un bourreau de travail. Il a besoin de prendre du temps avec son enfant qu’il ne voit jamais, ok c’est important de faire des choses avec son enfant tout seul. Il va à la messe des anciens de l’ecole Saint-Saturnin, c’est important de prier avec ses copains de cm2. Il a la kermesse de l’ecole qui finit tard, ok c’est bien de s’investir dans la vie scolaire de son enfant. Il a une soirée de son association des amoureux des gibbons thaïlandais, ok c’est un homme engagé. Il doit emmener son enfant chez son copain pour son anniversaire, ok c’est un père exemplaire. Il doit attendre que la voisine lui amène son enfant pour l’amener lui chez la voisine de son ex-femme et attendre l'arrivée de la mère de son ex-femme qui n’a pas l’adresse de la voisine, ok il n’a pas pu s’organiser autrement. Il doit aller chercher le chien de son meilleur ami sur une île déserte pendant que son cousin est à l’hôpital avec le notaire, ok cet homme est serviable. Il doit changer les pneus de sa voiture justement le jour de ton anniversaire, ça ne peut plus attendre, ok rouler avec des pneus lisses c’est dangereux. Il a l’anniversaire des 4 mois de son association des joueurs de pilou dont il est président le jour anniversaire de votre rencontre, ok il n’est pas très dates et n’avait pas fait le rapprochement au moment de la réservation la semaine dernière.

Ma chérie, ces signes tu les as.

Ils ne te plaisent pas. Mais ils sont là.

C’est dit.

Erin pour toutes celles qui attendent des signes.

C est à peine exagéré, mais tu vois ce que je veux dire ma chérie...

Partager cet article
Repost0
23 avril 2019 2 23 /04 /avril /2019 22:57

Tu es belle ma chérie, ma princesse blessée,

Ne te laisse pas croire le contraire, ne permets à personne de te faire croire le contraire :

 

Moi je te le dis, tu es belle

Tu es belle pour ce que tu es et ce que tu fais

Tu es belle pour ce que tu essaies

 Tu es belle quand tu sais

Tu es belle aussi quand tu doutes

Tu es belle parce que tu vis 

Tu es belle quand tu pleures et quand tu ris

Tu es belle quoi qu’il en coûte

Tu es belle plus que tu ne le penses

Tu es belle quand tu joues et danses 

Tu es belle au naturel

Et tu es belle à l’huile aussi

Tu es belle amaigrie ou grossie

Tu es belle en mode sensuelle

 

 

Tu es belle quand tu t’inquiètes et  t'énerves

Tu es belle quand tu boudes 

Tu es belle jusqu’au coude

Tu es belle sur ta réserve 

Tu es belle à chaque instant

Tu es belle comme le printemps

Tu es belle à ta manière et à ta force

Tu es belle jusqu’à l’écorche

Tu es belle petit cœur en or

Tu es belle d’aimer, d’avoir aimé et d’aimer encore

Tu es belle parce que tu es toi

Tu es belle au delà des hommes et leurs lois

Je te le dis ma chérie, ma princesse, mon amie,

Tu ES belle

 

 

 

Et pour finir pas en mode poème, parce que les rimes ça peut être gonflant (et je le comprends):

Ne fais pas dépendre ta beauté des yeux d’un homme ou d’une femme. Moi je te le dis: tu es belle ma chérie ma princesse blessée, si l’attitude d’un homme ou de ton aimée te laisse à penser que tu devrais être autrement pour lui plaire, si ses paroles ou ses actes te blessent au point où tu en arrives à ne plus te trouver belle, n’oublie pas que tu es belle au delà

N'oublie pas que tu es belle comme le printemps comme le soleil comme une libellule comme un papillon comme une marmotte ou un flamand rose (dédicace à mon enfant qui a ces petits mots si délicats) 

N’oublie pas que celui-là qui fait que tu doutes ne mérite pas tes efforts, que celui-là qui critique tes formes, ton rire, tes rides, ton toi, ton tout et ton rien ne voit pas avec son cœur 

Tu es belle ma chérie ma princesse blessée, tu es belle toi qui me lis, et toi aussi ma toute petite fée qui a peur de tout, tu es belle je te l’écris, je te le dis, je te le pleure, je te le souris, je te le murmure, je te le crie: tu ES belle.

 

 

Erin pour toutes celles qui se trouvent vilaines cruches moches sans intérêt, pour toutes les phases down des belles qui s'ignorent, pour toutes les femmes et pour ma recroquevillée au petit cœur blessé    

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2018 6 29 /09 /septembre /2018 06:34

Il y a ceux dont on oublie le nom et l existence

Et il y a ceux qui marquent à jamais

Et c est bien

 

Ceux qui marquent parce que ça fait mal. 

 

 

Je suis vraiment partagée... parfois j ai envie de démontrer que l'être humain est bon s il est abreuvé d'amour. Vraiment je le crois sincèrement. Et je reste persuadée qu'il faut tout essayer et pardonner. Et laisser sa chance. Avec un être humain. bien programmé.

 

 

Mais je sais aussi que l'être humain non "apprivoisé", l'être humain trop blessé se défend et attaque des que la seule arme déployée est l'arme de l'amour... alors en plus mal programmé????

 

 

J ai eu des signes et des signes qui  me disaient: fuis

 

 

 

Mon optimisme -ou ma bêtise- ou mon besoin d exister- ou mon envie de réussir- ou mon envie de me poser - ou ma prise de conscience du temps qui passe - ou mon envie d'y croire- ou mon temps passé à rentabiliser - que sais-je? Quelque chose me disait: ne juge pas trop vite. Quelque chose me disait: tu l'aimes, l'amour gagne.

 

Pfffff

 

Il arrive un moment où l'amour a ses limites. L'ego vient te sauver. Un amour ne peut pas te mettre dans un état pareil.

L'amour ne fait pas mal. L'amour est doux et revient vers toi. Toi tu reviens vers lui par amour. Lui ne sait pas quoi faire avec ton amour??

Waow 

 

Stoppe tout

 

Si ça fait mal c est que ce n'est pas de l'amour. Oui c est vrai il faut montrer qu on aime, il faut persévérer avec l'amour. 

Mais après toutes les persévérances, tout ce que tu as mis en œuvre l'amour ne vient pas??

Ce n'est pas de l'amour, là c'est du n'importe quoi.

Ne reste pas dans une situation où tu souffres. 

 

Bon ok 

Je pleure encore sur mon triste sort, parce que je me suis trompée. Parce que j ai cru. Parce qu on a pas voulu de ce que j'offrais. J'offrais l'amour à une erreur de programmation. Et un blessé de la vie. Le blessé de la vie reste avec l'amour au fond de lui. Le mal programmé je ne sais pas... Nous sommes tous programmés. Pour aimer en principe. Celui qui est mal programmé ne peut pas. Sauf à tout reprogrammer. Je ne suis pas la grande programmatrice du monde. Je ne peux pas et ne dois pas essayer de faire un Reset sur quelqu un. Il a son chemin de vie. Il a ce qui a été programmé.J'ai le mien.

 

 

Allez ma Belle Passe ton chemin

 

ce n'est pas de l'amour 

 

Pfffff

 

Re pffff

 

Ouais.

 

 

Mais s il est programmé pour faire un reset lorsque la persévérance persévère avec amour.

 

C est possible. Mais il faut énormément de persévérance. Et d'amour.

Cela se passe à l'échelle de l'univers. Pas de l'être humain tout seul. Pas d'un seul être humain en tout cas. Et pas du mien. 

 

J espère juste avoir pu ouvrir quelque chose avec ma persévérance et mon amour, une brèche tapissée de douceur pour que l'amour puisse passer.

Mais pour qu'un prochain être humain programmé à donner de l'amour puisse continuer. Et ainsi de suite. Jusqu'à ce que.

 

Mais là, j'ai certainement fait ma part. Je laisse le soin aux autres de continuer. sinon je m'épuise. J ai tapissé le chemin de douceur. 

La communion de plusieurs êtres humains et dans le temps, fera que certainement ce mal programmé blessé réussira à trouver l'amour.

Et se rendra compte de ce qu il a refusé. Il n'était pas prêt.

Peut-être aussi ne le sera t il jamais. Mais ce n'est plus mon problème.

 

Je lui ai donné ce que je pouvais.

 

 

Pffffff

Pfffff

Zut. Je pleure.

 

Pffff

 

Et si?

 

Non. Pas et si.

 

Point final

 

Erin qui a fait ce qu'elle était en mesure de faire.

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 21:56

Madame, que faites vous ici?

Le regard inquisitrice de la directrice me pétrifie. Et pourtant j'ai bientôt 40 ans.

Je me sens comme une petite fille en faute...

Mon fils est arrivé en retard. Je l'ai accompagné jusqu'à sa classe. Vous n'avez pas appelé. Non, je n'ai pas le numéro de l'école (mais voilà que je me justifie????)

Elle regarde sa montre.

Je me cache dans un trou de souris imaginaire.

Bon, dit-elle d'un ton ton. ( le ton "ton" est celui qu'on entend comme il est, c'est le ton qu'on prend quand on veut avoir un ton spécial que personne ne sait vraiment ce que c'est mais tout le monde comprend. Et ça marche. C'est un ton qui en dit long mais pas trop, surtout quand on dit bon, c'est un ton ton. C'est un ton inqualifiable au point qu'il n'a d'égal que son éponyme)

Je prends l'air détaché. "Au revoir madame, bonne journée.", dis-je d'un ton trop décidé pour être honnête.

Mon coeur bat la chamade. Comme un petit enfant en faute. Je marche vite du fait de la pluie. Ou à cause d'elle.

Il pleut, l'école est à l'autre bout de la ville, personne ne sait conduire quand il pleut, il y avait un embouteillage monstrueux; j'ai l'impression de divorcer pour le 2ème fois depuis un mois, du même papa de mon même fils. Mon sèche cheveux a rendu l'âme hier. J'ai une grosse réunion et Ptichadamourdemaviequejaimesifortmaisquiménervequandmêmemaisquejaimeplusquetout ne trouvait pas ses billes ce matin, il a renversé son lait partout dans la cuisine ce matin, je sais qu'il va falloir que je relave le sol ce soir, essuyer le carnage ne suffisait pas mais je n'avais pas le temps, le linge qui séchait dehors est trempé jusqu'aux os, je n'ai pas de sèche linge, j'ai oublié mon repas sur la table, il va sécher, quant à lui et je n'aurai rien à manger ce midi, mais tant pis, je n'aurais pas le temps de manger de toute façon; le parking était plein et personne ne m'a ouvert la porte quand j'ai sonné, nous avons attendu sous la pluie, mes pieds sont trempés et mon fils a chaud dans son imperméable, il ne voulait pas prendre son parapluie Winnie parce que ça fait trop bébé et que son parapluie de grand est resté chez papa; mon téléphone n'a plus de batterie, la périscolaire m'a laissé un message que je n'ai pas écouté mais je sais bien que c'est pour me dire que le père de mon fils n'a pas emmené le papier attendu, alors je fais comme si je ne savais pas, et j'ai reçu hier une relance de facture impayée avec mise en demeure, alors oui, oui, oui et re-oui, je suis en retard.

(Voulez-vous un mot de mes parents?)

Comme si j'aimais que mon fils soit le dernier arrivé. Et trempé. Sans parapluie.

... ce moment où je me suis sentie en faute en CP à 40 ans...

@micalement

Erin

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 20:57

J'ai un train à prendre, je ne sais pas bien si je vais le prendre, je regarde sa destination, son prix, l'état des wagons, c'est un train standard ou un modèle récent, ok, ce n'est pas un train fonctionnant au charbon, ça va, je peux y aller, il ne polluera pas. Les vitres sont propres, bah, quelques graffitis par ci par là, c'est normal, il n'est pas de première main. Le conducteur attend patiemment. OK j'y vais. De toute façon, il n'y a personne sur le quai, le train m'attend. Le conducteur a l'air de m'accepter, il me tend un ticket. Je prends le ticket.

Ah, tiens, un distributeur de boisson, j'ai soif. Le train est toujours là. Tiens je vais me repoudrer le nez. Le train est toujours là. Tiens, je n'ai pas regardé les horaires du train.

Comment ça les horaires ne sont pas affichés ?

Oui, M'dame, c'est un train de l'amour. Les trains de l'amour partent quand il sont prêts et personne ne sait quand. Il faut juste savoir le prendre à l'heure.

Ah mais quand même monsieur le contrôleur (tiens, a-parte : pourquoi ça serait un monsieur le contrôleur?) si rien n'est affiché, comment savoir ?

On ne sait pas, m'dame.

Et il y en a beaucoup des trains ?

Oui, des trains, moi, j'en vois tout le temps. Et des voyageurs aussi!

Promenade sur le quai. Bof, pas tant de trains comme je les aime.

Vous savez, Monsieur le contrôleur, vous me dites qu'il y a beaucoup de trains. J'en ai vu peu.

Le monsieur balaye la flotte des yeux jusqu'à revenir à moi.

"M'dame, c'est comme ça la vie, des trains il y en a beaucoup, moi je vous l'dis. Mais ceux qui vous conviennent, il faut savoir les trouver, être là quand ils arrivent à quai et les prendre au bon moment. Si vous en loupez un, vous ne savez pas quand un autre qui vous convient passera."

Oh, j'ai oublié ma valise. Je l'avais laissée dans un placard. Suis-je obligée de la prendre ? Parce que bon, quand même elle est lourde, je ne l'ouvre pas souvent. Et elle commence à être encombrante. En ai-je besoin ? Petit message à mes amis au sujet de ma valise : pensez-vous que je peux la laisser dans son placard ? Non, Erin, prends la et jette la. Non, Erin, il faut que tu l'emmènes partout où tu vas, c'est ta valise, elle fait partie de toi. Oui, Erin, laisse la là où elle est, tu n'en as pas besoin là où tu as décidé d'aller.

Ah vous croyez ?

Le train siffle, de cette jolie musique, déjà entendue.

Je me retourne, je le regarde. Il s'impatiente. Le train siffle encore. J'ai l'impression qu'il est prêt à partir.

« Erin, prends ce train ! », me dit une petite voix, si petite, si frêle, que je l'entends à peine.

Je cours cours cours chercher ma valise dans le palcard. Il est loin ce placard. Je monte les marches à toute vitesse, je dévale les pentes, rattrape au vol un enfant qui tombe, aide une dame à traverser la rue. Il siffle toujours. Je croise un passant qui m'agresse verbalement. Ce qu'il me dit me heurte mais je choisis d'oublier ses inepties. Ma valise est là. Je la soulève.

Oh ce poids !!!!

Bon, il faut que je me débarrasse de ce dont je n'ai pas besoin. Je cherche une poubelle. Hop, hop, hop. Ça, oui, je garde. Ça, c'est vieillot, je n'aime vraiment plus. Ça, je n'en veux plus. Oh mon Dieu, comment ai-je pu garder cet objet ? Qu'est-ce que c'est que cela ? Allez, hop, bon débarras.

La valise s'allège peu à peu.

Je la referme et je retourne vers la gare.

Tiens, dans ce train il y a quelque chose qui ressemble à ce que je viens de jeter. Je vérifie. Oh que oui. Beurk, définitivement, beurk!

Hop, je descends.

Le train siffle. Il y a un monde fou dans cette gare. Mais pourquoi tant d'affluence ? Moi je sais où est mon train, je bifurque je slalome, ma grosse valise derrière moi. Moins lourde mais encombrante malgré tout. Et quel bruit! Les sifflements de mon trains en sont cachés. Mais je sais qu'il est toujours là.

Je cours, je cours, oui, je vais le prendre. Ma valise tombe. Je la récupère. Il fait chaud, j'ai trop couru, je reprends mon souffle. Pas bien longtemps, parce que le train démarre.

Vite, je repars de plus belle. Je ne réponds pas au téléphone. Tant pis, je les verrai une fois arrivée dans le train. Je jette un œil furtif. 56 messages m'attendent.

Je cours, je halète. Je tombe. Je me relève. Et le conducteur du train est descendu vérifier si j'étais revenue, je le vois au loin. Il semble m'apercevoir. Je lui fais signe. Il ne le voit pas.

Le conducteur est remonté. Le train siffle.

Pardon, laissez moi passer, j'ai un train à prendre. Pardon, laissez moi passer, pardon, j'ai une urgence. Vite vite, excusez moi, merci, pardon, pardon, merci. Je souris. Oui, c'est décidé, je vais prendre mon train! J'exhulte!

J'arrive.

Il est lancé. Il ne siffle plus. Je lâche ma valise, je cours je cours je cours, je meurs, j'étouffe, je cours. Elle fait un bruit sourd. Tout le monde se retourne. Moi pas. Tout le monde se précipite sur cette valise. Pas moi. Moi je cours derrière un train qui ne fait plus de bruit. Je cours jusqu'au bout du quai.

J'étouffe. Je pleure. Je regarde un point gris avec une lumière qui s'éloigne.

Une main qui passe par la fenêtre, un foulard qui dit au revoir.

Mais qui a pris mon train ?

Et puis plus rien.

Ce n'était pas mon train. C'était un train prêt à partir pour la personne qui est monté dedans. Sauf que ce n'était pas moi.

Partager cet article
Repost0

Qui Suis-Je?

  • : Le blog d'Erin
  • : Une maman solo qui met des mots sur ce qu'on n'a pas le droit de dire, des mots pour ceux qui sont dans mon cas, mais aussi peut-être un peu pour laisser la douleur s'en aller
  • Contact

Mes citations au fil des jours

7 juillet 2012: toutes les premières fois dans un changement sont difficiles. Erin

21 mai: personne ne mérite tes larmes; celui qui le mérite ne te fera sûrement pas pleurer (https://www.facebook.com/pages/Chtit-panneaux)

février: former un couple c'est être deux et ne faire qu'un.Mais lequel? (d'un humoriste très célèbre)

26 aout: ce n'est pas que j'aime avoir raison, c'est juste que j'ai vraiment raison! Si tout le monde pense comme cela, qui a tort?
28 juillet: le bonheur est dans le pré, cours-y vite il va filer. Saute par dessus la haie. Paul Fort
27 juillet: dire à ceux qu'on aime qu'on les aime
22 juillet: comment peut-on ne pas sourire devant un enfant?

19 juillet: suis tombé dans la figure à moi - mon fils
18 juillet: j'ai l'impression de faire partie d'un tout. mais lequel?
17 juillet:quand on a touché le fond, il reste le fond de soi à explorer
16 juillet: pffff
15 juillet: je n'ai rien à dire aujourd'hui, non que je ne pense pas, mais plutôt que la pensée va trop vite pour la traduire - Erin
14 juillet: quand tout le monde est parti, il reste les amis - Quelqu'un de bien
13 juillet: La vie est un baiser. Et quel baiser! - Erin

12 juillet: "on ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux" -Saint Exupéry
11 juillet: j'ai découvert une nouvelle addiction: l'écriture - Erin
10 juillet: dors, dors, dors sur tes décisions, ne prend jamais une décision avant d'avoir dormi dessus - Erin
9 juillet: je suis là et bien là - Erin
8 juillet 2011: ça devrait être interdit d'être malheureux - Erin
8 juin2011 : "On a divorcé d'un commun accord, mais tu étais plus d'accord que moi" - un comique dont le nom m'échappe