Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 07:29

L’écorchée vive a d’autres tâches,

La liste est peu aisée

 

Allez, ma chti

Surtout surtout

Râle pour nous là haut

Clope et café chaud,

Il t’entendra mieux

 

Allez ma chti

Surtout surtout

Veille sur nous ici bas

Car avant nous

Venir les durs coups

Toi tu le verras mieux

 

Allez ma chti

Surtout surtout

Embrasse nos chéris

Avant toi ils sont partis

De nos vies vous étiez les pétales

Toi et eux, désormais nos étoiles

 

Allez ma chti

Surtout surtout

Eclaire nos vies

Comme tu l’as fait jusqu’ici

Eclaire nos choix

Comme tu le vois

Plus que jamais déjà

Nous avons besoin de toi

 

Allez ma chti

Surtout surtout

Tes cinq merveilles

Toujours surveilles

Prunelle de tes yeux

Toujours dans leurs jeux

 

Allez ma chti

Surtout surtout

Du courage donne lui

Car sans toi il continue, lui

Le cœur serré sous la pluie

Mais quelle pluie !

Envoie lui ta pluie d’amour

Celle que tu lui a promis

Celle là, qui dure toujours

Rudes rudes sont tes tâches

Ben fallait pas nous laisser,

Mon écorchée !

 

Erin

Partager cet article
Repost0
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 21:11

Doit-on tout autoriser à son meilleur ami? Ou à son "ami spécial"?

 

Nous ne savions pas quel terme employer: meilleur ami, c'est cliché et surtout cela ne se prêtait pas à notre relation, nous nous apelions tous les jours, frère, soeur, non, le lien du sang n'est pas là, et nous savons des choses sur nous que nos propres frères et soeurs ne savent pas, ni nos meilleurs amis, ni nos amis proches, nous nous disions  "arrête, là, tu m'ennuies", nous nous racontions nos histoires de coeur, non, ne mets pas cette robe, elle te boudine, achète lui des fleurs, n'attends pas un merci, ne lui réponds pas, oh non, tu n'as quand même pas couché avec cette nana? 

Nos enfants sont proches comme frère et soeur.

Mais si voyons on s'aime, on n'arrive pas à passer plus d'une semaine sans s'appeler. Mais non, on s'aime pas, il n'y a pas de sexe, mais si on s'aime mais comme une fratrie, mais non puisque je ne partage pas grand chose avec mon frère et ma soeur, mais si on s'aime puisque on se dit je t'aime mais pas amoureusement, mais non, aimer ce n'est pas ça, mais si on s'aime parce qu'on a besoin l'un de l'autre, mais non, ce n'est pas de l'amour, mais si c'est de l'amour d'amitié. On a été là l'un pour l'autre dans des moments difficiles, on a été tantôt l'un tantôt l'autre: enveloppants, maternants, exclusifs, assistants, restaurateurs, béquilles, paires de claque, coups de pied, coups de gueule, réconfortants, moquants, rigolants, déprimants et déprimés, .... Oui, c'est de l'amour d'amitié, on s'est promis d'être là l'un pour l'autre à la vie à la mort. Si, si!

Alors on a inventé le terme ami spécial pour nous. Mais tout le monde ne comprend pas ce que cela signifie, à commencer par le conjoint quand il arrive...

 

Bref

 

Bon alors, à partir de là,

 

Un ami spécial a-t-il le droit de dire: écoute, il vaut mieux qu'on ne reste plus en contact, ma copine est jalouse et i don t want to loose her.

C'est quoi un ami? Pas ça.

 

Spécial de quoi? ah oui, cet ami est spécial: le seul dans son genre...

C'est le seul qui ose s'appeler ami et qui a osé me faire ça, voilà sa spécialité...

On peut aussi avoir des chagrins d'amis.

 

Erin

 

 

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 06:32

Cette fin d'année est particulière. Les mayas ont prévu une fin du monde. Le monde entier a mal compris ce dont il s'agissait.

Voici mon interprétation du calendrier maya: le monde traverse une période de changement indéniable. L'humanité change et les mutations se font petit à petit. Nous devons être prêts pour ces changements. Le beau et le bon doivent prendre le dessus. Chacun doit se rendre compte de son impact sur la planète, sur les autres. Nous sommes responsables de ce que nous sommes, responsables de ce que nous deviendrons, responsables de l'avenir des notres.

Toutes les idées de développement durable, de protéger la planète etc ne viennent pas seulement de textes vides ou de bobos tendance. Non, je suis persuadée que nous pouvons chacun à notre niveau oeuvrer pour un monde meilleur 

Il y a du vrai dans tout.

D'abord, chacun doit pouvoir être reconnaissant de ce qui lui arrive. Chacun doit pouvoir remercier la vie pour ce qui lui a été donné de connaître.

Ensuite, chacun devrait pouvoir dire merci à ses amis, sa famille, ses enfants, d'être dans leur vie. En effet, c'est une grande chance que d'avoir des amis, une famille, des enfants.

Chacun devrait se sentir solidaire des autres. Non pas parce que c'est bien, mais parce que chacun est responsable de ce qui arrive à chacun. Le principe de l'effet papillon est mal compris et c'est dommage.

Emoto est connu pour ses recherches sur l'eau. L'eau est la vie. L'être humain est constitué à 80% d'eau.

Pourquoi ai-je l'impression que nous sommes si peu à comprendre les interactions des éléments entre eux? Il faudrait que je m'y penche un peu, pour essayer de simplifier les messages qui peuvent être entendus de par le monde. Les religions en font partie.

Peu importe comment est appelée la vie, comment sont appelées les interactions. Elles existent.

 

Si seulement chacun le soir de noel pouvait dire, quelle que soit sa situation personnelle, et du fond du coeur:

Je remercie la vie et j'aime
Je demande pardon pour ce que j'ai contribué à détruire la vie et je suis désolée d'y avoir contribué sans m'en rendre compte
Je remercie la vie et j'aime
J'acceuille l'amour qui m'est donné
Je m'aime et je t'aime, la vie
Je souhaite que les réactions négatives du passé soient effacées, nettoyées
Je le souhaite de tout coeur
Je sais que la vie prévoit pour moi ce qu'il y a de mieux
Je sais que la vie prévoit pour nous tous ce qu'il y a de mieux

Je sais que l'amour peut tout
Je veut nettoyer les toiles du passé
Je veux nettoyer toutes mes réactions passées
Je suis désolée d'avoir freiné le cours de ces plans par mes réactions

Je demande pardon pour mes contributions négatives
Je remercie la vie de me montrer où ont été mes contributions négatives
Je nettoie ce que j'ai fait sans le savoir
J'aime et j'aime

Je remercie la vie pour ce qu'elle prévoit
Je remercie l'amour qui rend tout possible
J'envoie toutes mes réactions positives vers ceux qui souffrent
Je remercie la vie de me permettre de le faire
Je remercie la vie de cette merveilleuse interaction entre les êtres et les éléments
Je remercie la vie pour toutes les réactions positives de chacun
J'ai confiance

 

Et le monde sera meilleur. J'y crois.

Erin

Ceci est mon souhait de fin d'année. Qu'il nous guide tout au long des années à venir. Imagine all the people...     

 

(dès que je peux, j'écris plus longuement sur le sujet)

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 20:12

Maman, comment on porte les petits frères?
Pardon mon coeur, je ne comprends pas ta question.
Oui, maman, je te demande comment on fait pour porter les petits frères.
Chéri, explique moi mieux ce que tu veux savoir, parce que je ne comprends toujours pas.
Mais si maman, tu sais bien, quand on porte un petit frère, comment on fait?
...

Devant mon air étonné, il reformule, avec son petit air bien à lui, me faisant comprendre que vraiment il a du mal à m'exprimer ce qu'il veut exprimer, et que vraiment je pourrais moi au moins faire un effort, moi l'adulte qui par définition sais tout - je déteste quand il a cet air là!

Ben maman pour les lapins, il faut les prendre par les oreilles et mettre une main sur son dos et l'autre main sous ses fesses, tu sais bien. Alors maintenant dis moi comment on fait avec les petits frères.

Je lui dis donc la meilleure façon de porter les bébés au bras, qu'ils soient garçons ou filles, quel que soit le lien de parenté.

Sans se démonter, mon chéri me répond:  ben moi, je vais bien le porter mon petit frère

Chéri, tu as déjà un frère
Non, j'ai un GRAND frère. Mais moi, je voudrais un petit frère maman. Sa douce main se tourne vers le ciel avec évidence!

Maman t'a déjà expliqué comment on faisait les bébés. Et pour faire un bébé il faut un papa.
Oui maman. Mais il a déjà choisi son papa et sa maman mon petit frère: c'est toi sa maman et (prénom de son père) son papa

 

Ce petit est d'une logique implacable. J'aime sa spontanéité. Il trouve toutes les solutions, à lui tout seul, le monde est si simple.
Le monde est simple, nous autres adultes le compliquons tellement! 

 

Erin

 

Pour info, juste comme ça, grand frère se dit watashi noani en japonais. J'ai découvert ça aujourd'hui.

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 04:02

un moment que je n'entends plus mon chéri. 5 minutes sans aucun bruit. Ni maman, viens j'ai besoin de toi, ni maman tu joues avec moi, ni maman, j'ai fini ça y est,  ni bataille de dragons, ni combat de prince, le calme plat.

Je m'approche tout doucement de sa chambre. Quel beau spectacle:

Un mini-spiderman coiffé par himself, debout concentré devant un jeu de cubes-puzzle, où toutes les facettes constituent une pièce de 6 puzzles, les pièces posées sur le lit. 

Les pièces étaient posées 2 par 2, le modèle sagement en hauteur incliné grâce à un oreiller. 

Mon petit bonhomme dans un état de réflexion, vérifiant régulièrement le modèle, conservant un cube dans une main, changeant de place l'autre, son regard allant d'un cube à l'autre méthodiquement.

Il construit sa pensée pour regrouper des éléments disparates a priori et reproduire une image.

C'est juste magique. Il n'avait besoin d'aucune aide. 

Lorsqu'il m'a vue, il a souri et m'a dit: "tu as vu maman, j'ai presque réussi. Regarde, ça c'est là mais je me demande pourquoi ça matche pas. Ah voilà, ça y est j'ai trouvé. Celui-là il est là haut, tu vois?"

Il pose le cube.

"Voilà. Tu vas voir maman, le beau puzzle que je fais. Attends... mmmmm. ça y est. Je crois que j'ai la solution. Mais c'est pas grave si je ne trouve pas tout de suite."

Non mon chéri, prends ton temps

"Et....voi........(Il s'arrête encore pour vérifier ce qu'il a dans la main).....làààààààààààà"

Je suis si fière! De lui et de moi.

J'avais acheté ce puzzle cube il y a 6 mois et il avait été mis de côté car trop tôt pour lui à l'époque. Il l'a découvert dans le coin de puzzles et s'y est intéressé de lui même. Je suis contente que ma technique fonctionne. Glisser un nouveau jouet sans rien dire et attendre.

 

Erin 

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 00:01

il y a quelques mois, je pratique un arrêt sur image:

Lui: il ne m'écoute pas, il ne veut pas prendre son bain, non, non, non, je veux regarder trotro mama sur ton dinateur, non, je ne veux pas prendre le bain.

Moi: il faut que tu prennes ton bain, viens te brosser les dents, allez, ça suffit, c'est moi qui décide, non pas encore un toutipeu, écoute moi poussin, regarde moi, je te parle

Lui: bougeant dans tous les sens, pleurant à chaudes larmes, à se laisser traîner par terre. Non, non, non, maman, siteplé, non, je veux regarder trotro

Moi: non, ça suffit chéri, tu viens maintenant, je compte jusqu'à 3 (tu parles, ça ne marche pas), 1, 2, 

Lui: 3, 4, 5

Moi: arrête ça tout de suite chéri

Lui: gesticulant de plus belle puis s'arrêtant soudain et mettant son pied sur la table. Il commence à monter sur la table basse

Moi: je ne veux pas que tu montes sur cette table, je te l'ai déjà dit

Lui: descendant de la table ouvrant un coffre à côté et commençant à tout jeter dans tous les sens

Moi: ça suffit maintenant, tu viens prendre ton bain. Je m'énerve, je viens le chercher et le combat de catch commence. Je crie, il pleure et crie non, non, non, non, arrête, non, non, non. Je lui crie à nouveau: maintenant ça suffit, tu viens et c'est tout. Il gesticule de plus belle

(au secours, je n'y arriverai pas) J'ai peur de lui faire mal en lui forçant la main pour me suivre; alors je crie encore: ça suffit maintenant, tu m'écoutes, je pointe du doigt la salle de bains et je vois mon petit bonhomme partir en pleurant dans la salle de bains.

Dans la salle de bains, 1/2 heure pour le déshabiller et le mettre au bain en pleurs. Je m'énerve, je le pose dans la baignoire, cela ressemble à un supplice. Allez, il faut te laver, tu as refusé de te laver hier et ce matin, je ne peux pas te laisser tout faire! J'en ai marre, arrête et j'en passe.

Mais que suis-je devenue? Une véritable furie!!! Je sors de mes gonds pour un rien, la fin de journée est insupportable, je ne peux plus passer un appel téléphonique tranquille sans qu'il se mette à faire quelque chose d'interdit. Je m'énerve encore et encore, le ton monte régulièrement. J'ai envie de le laisser définitivement à son père, je ne supporte plus cette situation. J'ai envie de le laisser pleurer et de m'en aller loin, très loin, crier crier crier mon impuissance, ne plus jamais le voir. 

Cet arrêt sur image, il faut le faire à un moment ou un autre. Ce n'est pas moi, moi si à l'écoute de ce que mon fils me dit, si patiente, me voilà à perdre patience et à jouer à la poissonnière.

Je sais maintenant que c'est normal d'être énervée par des comportements d'un enfant de 2 ans. Chères mamans qui me lisez, tenez bon, cela ne dure qu'un temps.

Les furies que nous pouvons devenir ne doivent pas prendre le dessus. Rester ferme et ne plus parler, pratiquer le time-out, ou même pleurer avec lui, il y a d'autres solutions. Je comprends les parents qui n'en peuvent plus et qui ne trouvent pas les mots au point de lever la main sur leur enfant. 

Mais je sais que je ne suis pas cette furie que l'arrêt sur image m'a forcé à regarder. J'ai voulu retrouver une sérennité dans mes rapports avec mon enfant. Les gros yeux, ça ne marche pas, hausser la voix, ça ne marche pas, céder c'est épuisant; ne rien faire ne fait pas avancer les choses, faire autre chose ne fera que reculer le moment fatidique, faire diversion, ça marche un temps, l'enfant voit vite s'il est manipulé ou non (en tout cas pour le mien. Il lui est arivé de me dire: maman, tu es une coquinette, moi je veux continuer à faire ce que je faisais). J'ai pris l'exemple du bain, mais cela peut concerner n'importe quelme situation de la vie courante. 

J'ai eu beau lire tous les livres possibles et imaginables, et pas des moindres. Il n'empêche que quand on n'y arrive plus, on pourra dire tout ce qu'on veut, nous donner les conseils qu'on voudra bien nous donner - par pitié pour nous, pauvres mamans désemparées, les donneurs de leçons ne savent pas qu'ils nous font encore plus mal en donnant des conseils qu'en ne disant rien, sans compter ceux qui croient bien faire en conseillant d'aller voir un pédo psychiatre, évidemment, il n'y a rien de pire pour ne plus se sentir à la hauteur - quand on n'y arrive plus, on n'y arrive plus.

Moi aussi lorsque je n'avais pas d'enfants, je me disais lorsque je voyais une scène entre un enfant et sa mère: avec moi, jamais je ne tolèrerai un tel comportement. J'ai l'habitude avec les enfants, ils m'écoutent, et marchent droit avec moi. Tu parles!!! Dès le moment où je me suis retrouvée furie, j'ai regretté avoir pensé faire mieux que tout le monde. Non mais, qui étais-je pour oser penser mieux savoir que ceux qui ont des enfants comment avoir de l'autorité sur son propre enfant?!!!

Je me suis alors posée la question suivante, après cet arrêt sur image: pourquoi tant d'énergie gaspillée pour rien, et pour lui et pour moi? Combien de temps vais-je tenir à ce rythme? Pas bien longtemps.

Je ne donne pas de conseil ici, parce qu'ils seraient mal venus.

Cet article est là juste pour dire que cela arrive à tout le monde et que la culpabilité ronge ensuite. J'ai tourné en rond longtemps, je n'en dormais pas (déjà que je ne dors pas beaucoup...). Pour dire que c'est humain. Pour dire que cela ne fait pas de moi une mauvaise mère pour autant. Pour dire que je fais de mon mieux, comme toutes les mamans du monde. Pour dire que je n'ai pas besoin de pitié, j'ai besoin de breaks de temps en temps. Maman à temps plein, cela épuise, c'est une réalité. 

J'ai lâché sur les choses non essentielles et je tiens bon pour le reste. Mais ce n'est pas chose aisée. Chacune ensuite trouve sa manière de faire. La mienne est de toujours lui parler en le regardant dans les yeux, sans quitter son regard, même s'il fuit le mien. Et surtout toujours trouver des moments calmes où nous nous faisons des câlins, juste comme ça. L'important n'est pas la quantité de temps que nous passons avec nos enfants mais la qualité de ce temps donné.

Je me suis aperçue que parfois je n'étais pas toute disponible. Et c'est vrai. Je ne peux pas être disponible pour lui tout le temps. Je lui ai expliqué et explique encore, à chaque fois. C'est long, c'est long, mais il finit par le comprendre. Ce n'est pas très gentil de ta part, regarde comme nous nous sommes bien amusés tout à l'heure. Nous pourrons jouer ensuite tous les deux et rien que nous deux quand maman aura terminé telle ou telle tâche, tu sais mon coeur, maman est au téléphone, je ne peux pas te répondre pour le moment, etc. etc. Enormément de paroles et de manière la plus neutre possible. Pas évident du tout, je confirme.

Mais j'y parviens maintenant dans l'ensemble. Après tout, mon fils et moi nous connaissons tellement bien que nous savons tous deux comment nous réguler l'un l'autre. A chacun de trouver l'équilibre dont nous avons besoin.

Cet article est là pour peut-être rassurer aussi. Il n'y a pas de méthode miracle. Il n'y a que des outils. Les outils que je préfère sont le jeu, le défouloir, le rire et la parole. 

Dur dur tout de même. Et je ne suis pas au bout de mes peines. Mais mon petit coeur d'amour vaut bien la peine que je me donne tout ce mal. Il mérite que je me mette à son niveau pour comprendre ce qu'il veut afin qu'il puisse me comprendre aussi lorsque je m'adresse à lui. 

 

Mon fils me donne une merveilleuse leçon de communication.

 

A sa manière, il me fait comprendre que quand je m'adresse à lui, c'est à moi de me rendre disponible pour lui en vérité et non en façade. Mes autres préoccupations doivent quitter mon esprit pendant le temps où je me consacre à lui, tout simplement. Je ne l'aurais pas deviné. Si je l'ai lu, je ne l'ai pas appliqué systématiquement. Il est là pour me le rappeler. 

 

La furie a disparu et je deviens ferme peu à peu et redeviens patiente. Ouf.

 

Merci mon chéri, je traverse des moments difficiles mais je grandis grâce à toi. Je pleure quand je n'en peux plus et je n'en ai pas honte. Je prends le risque de me répéter: personne n'a dit qu'il était facile d'élever un enfant.

 

Erin

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 21:28

Je suis bien seule. Si on m'avait dit un jour de déprime complète que je le penserai, je crois que jamais je ne l'aurais cru. Je viens de terminer 3 livres de sociologie dédiés à la solitude et aux nouveaux modes de vie.

J'en conclue que je n'ai jamais été déprimée en vrai vrai, je suis juste quelqu'un qui se cherche encore, et j'ai toute ma vie pour me trouver. Je n'ai plus peur de moi-même lorsque je suis seule. J'ai maintenant tendance à dire: je n'ai besoin de personne. Non que je me sois enfermée mais j'accepte un état de fait. Ce qui au départ était subi devient choisi.
Maintenant, j'ai choisi de vivre et de ne pas tenir compte de ceux qui chantent derrière moi. Tu comprends? Tant mieux. Tu ne comprends pas? Où est la fin du monde? (Le tu s'entend bien évidemment comme générique)


Suivre son chemin n'est pas donné à tout le monde. Je me sens moins enfermée que certaines femmes mariées ou en couple, qui se font du souci pour leur couple, qui se demandent où se trouve leur mari, qui passent leur temps à s'occuper de leur foyer, qui font des concessions, acceptent des points de négociation par amour, etc. Je le sais, j'ai été mariée! Au final, elles ont les mêmes contraintes que moi en termes d'organisation, le mari en moins. Et parfois, je crois que le mari en moins soulage... l'ego masculin me fatigue, être disponible pour un homme me fatiguerait, s'expliquer sur des sujets futiles, quel intérêt? Essayer d'expliquer mon point de vue à quelqu'un qui de toute façon ne pourra pas? A quoi bon?
Loin d'être une vraie aquoiboniste, bien au contraire, j'ai décidé simplement de profiter de mon temps libre. Le mois sans mon fils m'a fait me redécouvrir. Un temps libre pour faire ce qui me plaît, seule ou avec des amis/ies, dire oui, je viens avec toi, c'est une bonne idée, non cela ne me convient pas, pourquoi? parce que je n'en ai pas envie.

 
Moi, Erin, au final, pour quoi suis-je faite? Que vais-je faire lorsque je serai grande? Pourquoi est-ce que je me sens si proche de certains et pas d'autres? Pourquoi ai-je développé cette capacité à cerner ce qui me soule et à le dire? Parce que j'ose dire ce que je ne veux pas.
J'ai passé trop de temps à composer avec les autres. Et ce n'était pas la solution. S'oublier pour les autres, c'est un non sens. De quoi avais-je peur? De mes propres démons. Maintenant je ne les connais pas, mais je veux bien les affronter. 

A commencer par ne pas remplir ma vie n'importe comment ni à n'importe quel prix, ni à tout prix. J'ai passé deux ans à combler des vides. Un peu comme ceux qui n'arrêtent pas de parler et ne supportent pas les silences. 

Je ferai ce que j'ai envie de faire. Si tu me suis, c'est chouette. Sinon, au risque de te vexer, je n'en prends pas ombrage. Are you upset? No. Because I do not expect anything from you.

J'ai décidé de reprendre le sport, c'est un bon début. Et puis je vais faire quelques activités artistiques, histoire de. Mais sans me contraindre. J'ai assez de contraintes comme ça au quotidien pour m'en ajouter d'autres par moi-même.

Ensuite, je ferai. J'ai fait un pas énorme dont je n'avais pas pris conscience.
Mon psy m'indique que je reste bien ancré dans mes baskets et me dit régulièrement que je le scotche dans la franchise que je peux avoir. "vous dites désormais ce que vous ressentez, c'est bien" Non, j'ai toujours dit ce que je ressentais. Simplement j'en faisais tout un monde si en face je n'avais pas de répondant, je faisais tout un monde de ne pas être comprise, je me faisais tout un monde au point de répéter et répéter les mêmes choses, à en devenir lassante. Mais comme beaucoup de monde tout simplement.

J'ai décidé d'accepter que sur certains points je ne suis pas vraiment dans la norme, et peut-être de cultiver cette différence, et d'accepter que sur d'autres, je suis d'un conformisme indéniable, ce qui ne fait pas de moi une personne incohérente. Au contraire, l'être humain se construit sur des contradictions et s'affirme à partir des prétendues incohérences. Je le pense sérieusement. Ensuite, la constance se travaille. 

Je repense à la phrase d'un ami: lorsque tu parviendras à tolérer l'intolérable, Erin, tu comprendras tout ce que je t'ai dit. Pas avant
Je commence à comprendre. Merci. J'ai été dure avec toi. Tu sais pourquoi. Et moi aussi maintenant.  

Erin 

 

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 22:32

 

Si c'était facile, comment apprécierions-nous les moments les plus intenses?
Si c'était facile, le monde serait-il autre?
Si c'était facile, quels seraient nos sujets de conversation?
Si c'était facile, n'aurions-nous pas tous des étoiles dans les yeux?

Si c'était facile, nous aurions des solutions à tout
Si c'était facile, le monde serait beau, le monde serait gentil
Si c'était facile, nous n'apprendrions plus qu'avec joie,
Si c'était facile, plus de secret entre nous
Si c'était facile, la logique serait autre

Si c'était facile, vraiment, quand j'y pense...

Mais

Si c'était facile, nous n'aurions plus la joie de la surprise
Si c'était facile, nous gérerions nos émotions, quel ennui
Si c'était facile, nous n'aurions pas du temps à rattraper
Si c'était facile, nous n'aurions pas à nous confondre en excuses
Si c'était facile, d'un simple baiser je serais apaisée
Si c'était facile, je serais encore celle qui a été

Si c'était facile, tu serais avec moi en cet instant
Si c'était facile, nous ririons à gorges déployées de cet article futile 
Si c'était facile, vous ne seriez pas à lire ce que j'écris ce soir

Si c'était si facile, cela se saurait

 

Erin 

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 12:20

Ma première fois, ma deuxième année...


Tes vacances sans moi. Un vide terrible. Inexplicable. Inexorable. Cet amour ne s'explique pas. 
Tu es mon coeur, ma chair, mon mini moi, mon enfant. L'an dernier je t'attendais avec une impatience telle que j'en oubliais de vivre pour moi. Je n'avais pas de nouvelles de toi pendant 5 jours et je devenais folle. Tu étais si petit mon bébé.

Cette année, je suis bien. Cette année, j'ai pris la décision de prendre les choses du bon côté. Cette année, j'ai mûri. Après tout ce par quoi j'ai pu passer, cette année, je comprends. Je comprends la théorie de l'acceptation. Et je comprends tout ce qui a pu m'être dit.

 

J'ai dit et même écrit un jour "j'en veux au monde entier". 
Je peux dire aujourd'hui: j'en voulais au monde entier. Le temps est vraiment salutaire.

 

Mais ce qui nous lie tous les deux est intemporel. Intemporel et sans frontière.

 

Tu es toujours dans mon petit coeur, je suis toujours dans ton petit coeur. C'est vrai, et c'est tout. Le reste n'a plus d'importance. Tu as une mère qui t'aime, un père qui t'aime. Tu ravis tout le monde, tu es le rayon de soleil de tant de personnes!! Ce sont peut-être juste ceux de ta famille, mes amis, mes proches, mes collègues, mais ce sont ceux qui comptent. Peu d'enfants ont la chance d'être aimés comme tu es aimé mon chéri.  3 semaines sans toi, pour mieux se retrouver, tout simplement!

 

Aujourd'hui, j'ai dit: oui, je vais très bien, ne t'en fais pas.

C'est vrai.
Ce qui est le plus étrange, c'est que cela se voit, cela se sent, cela s'entend, cela se rit, cela se vit!

Mon chéri tu me manques mais je ne suis pas en mauvaise compagnie avec moi même! Je me suis retrouvée avec une partie de moi qui avait disparue. Je vais tâcher de la garder à côté de nous cette femme qui était partie.
Je sais que ma vie n'est pas terminée parce que tu n'es pas près de moi. Je sais que mon temps peut servir à autre chose qu'être une maman!  Et je souris en imaginant les moments que nous passerons tous les deux en vacances prochainement. 

Je t'aime mon amour. Et je m'aime aussi. Le reste suivra! 

 

Erin

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 20:59

 

Tourner la page d'un livre si lourd prend du temps. Ce n'est pas comme si je venais d'apprendre à lire, avide de nouvelles découvertes. Non, moi j'ai lu beaucoup de livres et ma curiosité s'effrite à mesure que je pleure sur les lignes.

Dès que je crois que j'y parviens, le livre tombe et je perds ma page. En ramassant le livre, pour la retrouver, je dois bien me référer à ce que j'ai lu jusqu'ici. Et il m'arrive de m'attarder sur une page, pourtant tombée en désuétude, et parfois râpée.

Le tout est de ne pas oublier que je cherche ma page à tourner pendant mes errances dans le livre de ma vie.

 

Erin 

 

 

Draw such a huge line takes a long time. I can draw I am an adult. I have already drrawn a lot of lines before but this one is so huge and I can't stop crying drawing this line.

When I think it's ok I can get rid of this part of mine, I loose my pencil...As if I had to start again drawing the same line. I keep on extending my drawing and looking at it... 

Do not forget you are the drawer of your your life by drawing this line.

 

Erin

Partager cet article
Repost0

Qui Suis-Je?

  • : Le blog d'Erin
  • : Une maman solo qui met des mots sur ce qu'on n'a pas le droit de dire, des mots pour ceux qui sont dans mon cas, mais aussi peut-être un peu pour laisser la douleur s'en aller
  • Contact

Mes citations au fil des jours

7 juillet 2012: toutes les premières fois dans un changement sont difficiles. Erin

21 mai: personne ne mérite tes larmes; celui qui le mérite ne te fera sûrement pas pleurer (https://www.facebook.com/pages/Chtit-panneaux)

février: former un couple c'est être deux et ne faire qu'un.Mais lequel? (d'un humoriste très célèbre)

26 aout: ce n'est pas que j'aime avoir raison, c'est juste que j'ai vraiment raison! Si tout le monde pense comme cela, qui a tort?
28 juillet: le bonheur est dans le pré, cours-y vite il va filer. Saute par dessus la haie. Paul Fort
27 juillet: dire à ceux qu'on aime qu'on les aime
22 juillet: comment peut-on ne pas sourire devant un enfant?

19 juillet: suis tombé dans la figure à moi - mon fils
18 juillet: j'ai l'impression de faire partie d'un tout. mais lequel?
17 juillet:quand on a touché le fond, il reste le fond de soi à explorer
16 juillet: pffff
15 juillet: je n'ai rien à dire aujourd'hui, non que je ne pense pas, mais plutôt que la pensée va trop vite pour la traduire - Erin
14 juillet: quand tout le monde est parti, il reste les amis - Quelqu'un de bien
13 juillet: La vie est un baiser. Et quel baiser! - Erin

12 juillet: "on ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux" -Saint Exupéry
11 juillet: j'ai découvert une nouvelle addiction: l'écriture - Erin
10 juillet: dors, dors, dors sur tes décisions, ne prend jamais une décision avant d'avoir dormi dessus - Erin
9 juillet: je suis là et bien là - Erin
8 juillet 2011: ça devrait être interdit d'être malheureux - Erin
8 juin2011 : "On a divorcé d'un commun accord, mais tu étais plus d'accord que moi" - un comique dont le nom m'échappe